Publicité

QUESTION D'ACTU

Grippe, pneumonie, etc

Mort prématurée : un jeune enfant sur 7 décède d’une infection respiratoire dans le monde

D’après une recherche récente, réduire ce taux passe par la mise en place de mesures adaptées à chaque pays : amélioration de la couverture vaccinale, promotion de l’allaitement ou encore réduction de la pollution. 

Mort prématurée : un jeune enfant sur 7 décède d’une infection respiratoire dans le monde RYosha/istock

  • Publié 02.11.2019 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


En 2017, 809 000 enfants sont décédés d’une infection des voies respiratoires inférieures à travers le monde. Le chiffre a baissé de 65% depuis 1990 mais il est possible de le faire diminuer davantage. Dans The Lancet Infectious Diseases, des chercheurs publient une vaste étude sur ces morts prématurées. 

Des disparités régionales 

Au total, les scientifiques se sont intéressés à 195 pays et territoires ainsi qu'au nombre d’enfants décédés des suites d’une grippe, d’une pneumonie ou de toute autre infection des voies respiratoires inférieures. En 1990, 2,3 millions d’enfants de moins de 5 ans sont décédés de l’une de ces pathologies. En 2017, le chiffre tombe sous le million et atteint 809 000, mais il existe de fortes disparités régionales. En Inde, 185 000 morts prématurées concernaient des enfants, plus de 153 000 des enfants nigériens et plus de 40 000 des Pakistanais. Le Niger est le pays où le taux de mortalité a le plus diminué : il y avait 1 349 décès pour 1 000 enfants en 1990 contre 330 décès pour 1 000 en 2017. Le taux de mortalité le plus élevé concerne aujourd'hui le Soudan du Sud : 528 décès pour 1 000 enfants en 2017. 

L’équipe de recherche a travaillé sur des cartes pour préciser les foyers d’infection. Ils constatent que la moitié des cas recensés en 2017 se situaient en Afrique, mais une analyse plus détaillée révèle que 54 régions sont concernées, réparties entre la République centrafricaine, le Soudan du Sud, le Tchad, le Niger, le Cameroun, la République démocratique du Congo et le Nigeria. Au total, un enfant sur sept, âgé de moins de 5 ans, décède d’une de ces infections des voies respiratoires inférieures dans le monde aujourd’hui. 

Il n’y a pas de mesure universelle

Pour les chercheurs à l’origine de cette étude, ce chiffre peut encore baisser. “Nos résultats montrent qu’il n’existe pas de solution universelle pour réduire la mortalité infantile dans chaque pays”, prévient Bobby Reiner, l’un des co-auteurs. Pour lui, il faut réfléchir en fonction de chaque État et de ses problématiques : dans certains cas, il est impératif de réduire la pollution, dans d’autres d’améliorer la couverture vaccinale ou encore d’utiliser de manière plus adéquate les antibiotiques. Le Plan d’action mondial pour la prévention et la lutte contre la pneumonie et la diarrhée (GAPPD), mis en place par l’Organisation mondiale de la santé, a pour objectif de réduire le taux de mortalité à moins de 3 morts pour 1 000 enfants de moins de 5 ans d'ici à 2025. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité