Publicité

QUESTION D'ACTU

Grossesse

Pré-éclampsie : déclencher l’accouchement avant terme améliore le pronostic

Le déclenchement de l’accouchement avant terme en cas de pré-éclampsie améliore le pronostic pour la mère comme pour l’enfant. C’est ce que retrouve une étude en vie réelle et à l’échelle nationale.

Pré-éclampsie : déclencher l’accouchement avant terme améliore le pronostic intersti/iStock

  • Publié 09.09.2019 à 17h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L’étude « Hypertension and Preeclampsia Intervention Trial At near Term?I » (HYPITAT?I), publiée en 2009, avait démontré, qu’en cas de pré-éclampsie, le déclenchement de l’accouchement avant terme améliorait le pronostic pour la mère et l’enfant.

Selon une analyse de registre colligeant l’ensemble des grossesses et les grossesse pré-éclampsiques aux Pays-Bas, avant et après parution de cette étude, l’application de la recommandation de déclencher l’accouchement avant terme réduit le taux de mortalité maternelle de 0,022 à 0,004%. Dans le même temps, le taux de mortalité néonatale diminue de 0,49 à 0,27%. L’étude est parue dans le journal Ultrasound in Obstetrics & Gynecology.

Une analyse de registre avant-après

Les chercheurs ont extrait des données des grossesses avec hypertension artérielle, d’accouchements et de péri-natalité pour la période 2000-2014 du Registre périnatal national néerlandais, c’est-à-dire 143 749 femmes souffrant d'hypertension gestationnelle ou de pré-éclampsie, enceintes d'un fœtus unique en présentation céphalique, et accouchées entre 36 + 0 et 40 + 6 semaines de gestation (groupe trouble hypertensif de la grossesse (PDH)). Les femmes enceintes sans hypertension ont été utilisées comme groupe de référence (n = 1 649 510). L'essai HYPITAT-I avait été mené entre 2005 et 2008, et publié en 2009. Pour étudier l'impact d'HYPITAT-I, les chercheurs ont comparé le taux d'induction du travail, le mode d'accouchement et les résultats maternels et périnataux dans le registre pour les périodes précédant (2000-2005) et suivant (2008-2014) l'essai. Ils ont également analysé les résultats entre les hôpitaux qui ont participé à HYPITAT-I et ceux qui n'y ont pas participé.

Un changement positif et rapide

Cette étude montre une évolution positive et significative des résultats obstétricaux dans la population des femmes néerlandaises enceintes après la publication d’un essai clinique comparatif et randomisé, l'essai HYPITAT-I, publié en 2009. Une augmentation de l'induction du travail de 13,1% est observé dans la période suivant l'essai, parallèlement à une diminution marquée des complications maternelles. Dans le même temps, une diminution significative de la mortalité périnatale, principalement en raison d'une baisse de la mortalité fœtale, est observée chez les femmes souffrant de troubles hypertensifs au cours de la grossesse. La courte période entre la publication des résultats de l'essai et le début de l'augmentation des taux de déclenchement avant terme, en 2010, suggère une association directe.

Une maladie grave

La prééclampsie correspond au développement d’une hypertension artérielle au cours des derniers mois de la grossesse associée à une augmentation de la concentration des protéines dans les urines (protéinurie).

Il s'agit d'une maladie grave qui met en jeu la santé de la mère et de l'enfant. Chaque année, environ 10 millions de femmes dans le monde souffrent de cette affection et environ 75 000 d'entre elles meurent des suites de ce trouble. En France, ce chiffre est de 7 pour 100 000 naissances selon l'OMS en 2015.

Cette étude évalue en vie réelle et à l’échelle nationale, l’impact d’une étude randomisée qui préconise un changement des procédures de prise en charge des pré-éclampsies. Elle permet de valider que ce changement de stratégie (déclenchement avant terme) ne s’accompagne pas d’effets secondaires rares pour la mère comme pour l’enfant.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité