ACCUEIL > QUESTION D'ACTU > Des cellules secondaires du cerveau se révèlent essentielles pour les souvenirs

Mémoire

Des cellules secondaires du cerveau se révèlent essentielles pour les souvenirs

Par Thierry Borsa

Une étude sur des souris montre que les astrocytes, longtemps considérées comme acteurs secondaires du cerveau, sont indispensables pour la mémorisation des vieux souvenirs.

Katarzina Bialasiewicz/iStock

Elles ont longtemps été considérées comme de simples cellules de soutien dans le cerveau. Apparemment, c'était sous-estimer les astrocytes : des travaux sur la souris viennent de montrer le rôle essentiel de ces cellules dans la capacité de mémorisation des souvenirs les plus anciens.

L'étude, publiée dans la revue GLIA du 26 juillet 2019, pourrait éclairer les thérapies des troubles dans lesquels la mémoire à long terme est altérée, tels que les lésions cérébrales traumatiques ou la démence.

"Nos résultats suggèrent que ces cellules jouent en réalité un rôle important dans la manière dont l'information est transmise et stockée dans le cerveau", a déclaré le professeur Terrence Sejnowski, responsable du laboratoire de neurobiologie computationnelle de Salk et auteur principal du nouveau travail. 

Un soutien aux neurones les plus actifs

Les neurones du cerveau dépendent de signaux électriques rapides pour communiquer et libérer des neurotransmetteurs. L’opinion classique était que la fonction des astrocytes consistait principalement à fournir un soutien aux neurones les plus actifs, à faciliter le transport des nutriments, à nettoyer les débris moléculaires et à maintenir les neurones en place. 

Dans la nouvelle étude, les chercheurs se sont intéressés pour la première fois à la mémoire à long terme des souris dont les astrocytes étaient perturbés. Ils ont testé les souris avec trois types différents de défis d'apprentissage et de mémoire, notamment interagir avec un nouvel objet et trouver la sortie dans un labyrinthe. 

Dans chaque cas, les souris dépourvues de récepteurs de la libération du calcium par les astrocytes montraient la même capacité d'apprentissage que les souris normales. De plus, lorsqu’elles étaient testées dans les 24 à 48 heures suivant chaque processus d’apprentissage initial, les souris dont les astrocytes étaient perturbés pouvaient encore conserver les informations, se frayant un chemin dans le labyrinthe, par exemple. 

Les souris manquant du récepteur ont eu des performances bien pires

Cependant, lorsque le groupe a attendu 2 à 4 semaines supplémentaires et a soumis à un nouveau test les souris entraînées, ils ont constaté de grandes différences. les souris manquant du récepteur ont eu des performances bien pires, faisant plus du double d'erreurs lors de la réalisation du labyrinthe. C'était la première fois que des défauts dans les astrocytes étaient liés à des défauts de consolidation de la mémoire ou de mémoire à distance.

Les chercheurs planifient déjà de futures études pour mieux comprendre les voies par lesquelles les astrocytes affectent la dépression à long terme de la communication neuronale et de la mémoire en général.

"Le bénéfice à long terme ici est que si nous comprenons mieux ces voies, nous pourrons peut-être développer des moyens de manipuler la consolidation de la mémoire avec des médicaments", déclare Terrence Sejnowski.