Publicité

QUESTION D'ACTU

Troubles du comportement

Comportement : les enfants qui ont des tics ne s'en débarrassent jamais complètement

Une étude américaine démontre que lorsqu’un enfant parvient à supprimer ses tics, ces derniers ne disparaissent pas complètement. Ils sont juste moins exposés. En comprenant ce mécanisme, cela pourrait éviter la formation de tics plus graves.

Comportement : les enfants qui ont des tics ne s'en débarrassent jamais complètement Ridofranz / istock

  • Publié 28.06.2019 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Clignements des yeux, raclements de gorge, reniflements… Au moins 20% des enfants en âge d’aller à l’école primaire développent des tics. Pour la plupart, ces derniers finiront pas disparaitre tout seul selon la pensée commune.

Mais, des chercheurs américains de la Washington University School of Medicine ont découvert que ces tics, finalement, ne disparaissent pas complètement. En réalité, les enfants "exposent" juste moins de tics qu’avant. Comprendre comment ils parviennent à les contrôler pourrait permettre d’éviter à d’autres enfants de développer des tics chroniques, comme le syndrome de la Tourette. Les résultats de cette étude sont publiés dans la revue Journal of Child Neurology.

Les enfants arrivent à contrôler leurs tics en public

"Nous avons constaté que les tics étaient toujours présents un an après leur première apparition, mais qu’un grand nombre des enfants que nous avons étudiés avaient compris comment les supprimer", déclare Kevin J. Black, professeur de psychiatrie et l’un des auteurs principaux de l’étude.

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont examiné 45 enfants qui commençaient à développer une sorte de tic. Ces derniers, 30 garçons et 15 filles, avaient entre 5 et 10 ans. Pour vérifier la présence de tics un an plus tard, les auteurs de l’étude ont laissé chaque enfant seul dans une pièce avec un caméra. Il s’est avéré que certains enfants, qui réussissaient à contrôler leurs tics lors d’examens neurologiques, commençaient de nouveau à en avoir lorsqu’ils étaient seuls.

Les chercheurs ont identifié des facteurs pouvant prédire un maintien des tics. Parmi eux, les antécédents de troubles anxieux et avoir trois tics vocaux ou plus (racler la gorge, faire des bruits par exemple). De plus, les enfants qui avaient obtenu des scores élevés sur l’échelle de réactivité sociale -un test qui mesure les comportements liés à l’autisme- étaient également susceptibles d’avoir des problèmes de tics persistants.

Le système de récompense, un système efficace

Pour déterminer si les enfants pouvaient contrôler leurs tics, les chercheurs ont utilisé un système de récompense. Si un enfant pouvait rester 10 secondes sans tic, il obtenait un jeton. Ceux qui ont le mieux réussi avaient moins de tics lors de la visite de suivi un an après le début de leurs tics.

Un constat encourageant pour l’avenir selon Kevin J. Black: "[…] dès le début -quand ils ont des tics depuis seulement quelques semaines ou quelques mois- certains enfants peuvent déjà les supprimer. Si nous pouvons développer des moyens d’aider d’autres enfants à acquérir ces compétences, nous pourrions améliorer la qualité de la vie de ceux qui, autrement, risquent de développer un tic chronique, tel que le syndrome de la Tourette."

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité