Publicité

QUESTION D'ACTU

Coup de théâtre

Affaire Vincent Lambert : la cour d'appel de Paris ordonne la reprise des traitements

La cour d'appel de Paris a ordonné la reprise des soins destinés à maintenir Vincent Lambert en vie jusqu'à ce qu’un comité de l’ONU rende sa décision.

Affaire Vincent Lambert : la cour d'appel de Paris ordonne la reprise des traitements kckate16 / istock

  • Publié 21.05.2019 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Nouveau rebondissement dans l'affaire Vincent Lambert. Alors que le CHU de Reims avait annoncé avoir commencé l'arrêt des traitements, la cour d'appel de Paris a ordonné lundi soir la reprise des soins destinés à le maintenir en vie, au moins jusqu’à ce qu’un comité de l’ONU rende une décision. La cour "ordonne à l’Etat français (…) de prendre toutes mesures afin de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l’alimentation et l’hydratation" de Vincent Lambert, rapporte l’AFP.

"C'est une grande victoire"

Pour sa mère, "c'est une grande victoire" : "ils vont le réalimenter et lui redonner à boire. Pour une fois, je suis fière de la justice", a-t-elle déclaré. Opposés à l'arrêt des soins, ses parents ont multiplié les recours depuis un an pour empêcher leur fils de partir. Le considérant comme lourdement handicapé, ils demandent à ce qu'il soit transféré dans un établissement spécialisé, même si des experts ont établi qu'il était plongé dans un "état végétatif chronique irréversible" depuis son accident de la route en 2008. 

"Du sadisme pur"

La question de son avenir a divisé les membres de sa famille avec d'un côté ses parents et de l'autre sa femme, une partie de ses frères et soeurs ainsi que son neveu qui souhaitent sa délivrance. Ce dernier s'est par ailleurs indigné de la décision de la cour d'appel de Paris. "Pour une fois, j’y croyais… C’est vraiment du sadisme pur de la part du système médico-judiciaire. On nous refait le coup tout le temps. Il y a une jouissance de la part de ceux qui font tous ces recours". 

Tétraplégique depuis plus de 10 ans, Vincent Lambert ne peut ni bouger, ni parler, ni déglutir. Il dépend de l’alimentation et de l’hydratation artificielles qui lui sont administrées par une sonde. Sans elle, livré à lui-même, il ne pourrait pas survivre. C'est donc en réduisant peu à peu l'activité des machines que l'équipe médicale allait le laisser partir. "Mais ce qu’il faut surtout garder à l’esprit, c’est qu’il ne souffrira pas. Ni de l’arrêt d’alimentation, ni de l’arrêt d’hydratation", avait expliqué une experte au Huffington Post au moment de l'arrêt des soins. "Le patient en fin de vie ne meurt pas de faim car il n’a pas faim, il ne meurt pas de soif car il n’a pas soif", précise à son tour le chef de l’unité de soins palliatifs d’un hôpital francilien.

L'arrêt des soins est pour le moment suspendu. Affaire à suivre.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité