Publicité

QUESTION D'ACTU

Drame

Lunéville : une femme meurt devant les urgences, le Samu avait refusé de se déplacer

Une femme de 56 ans opérée quatre jours plus tôt de la vésicule biliaire à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), est décédée devant les urgences. Le Samu avait refusé de se déplacer. 

Lunéville : une femme meurt devant les urgences, le Samu avait refusé de se déplacer pixinoo /istock

  • Publié 10.05.2019 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les faits remontent au 14 mars dernier, mais ne sont révélés que ce vendredi par L'Est Républicain : Maryse Rabah-Otmani, 56 ans, s'est faite retirer la vésicule biliaire à la clinique Jeanne-d’Arc de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) et a souffert de fortes douleurs le lendemain de sa sortie de l'établissement. Malgré la prescription d'un antidouleur, l'état de la patiente s'aggrave, les douleurs persistent.

Une plainte contre X et une enquête pour homicide involontaire

Quatre jours après l'intervention, les proches de Maryse Rabah-Otmani appellent le Samu. L'opératrice refuse d'envoyer un véhicule. C'est donc à un proche de la conduire aux urgences qui se trouvent à 30 minutes en voiture. En chemin, la cinquantenaire perd connaissance - on ignore pour le moment si son coeur s'est arrêté de battre à ce moment. Aux urgences, elle est prise en charge par une équipe hospitalière et les pompiers, qui lui font un massage cardiaque. Rien y fait, Maryse Rabah-Otmani est décédée. Sa famille a déposée plainte contre X et une enquête pour homicide involontaire a été transmise à la police judiciaire de Nancy.

L'affaire Naomi Musanga

Ces faits rappellent l'affaire Naomi Musanga, qui, moquée par une opératrice du SAMU alors qu'elle appelait à l'aide et disait qu'elle allait "mourir", est décédée quelques heures plus tard. Lors de cet échange, l'opératrice du SAMU s'était montrée méprisante, moqueuse et avait raccroché trop vite sans envoyer d’ambulance à la jeune fille. Naomi Musenga avait dû attendre cinq heures pour être prise en charge par SOS Médecins, qui l'avait finalement envoyée à l’hôpital. Elle y est décédée le 29 décembre 2017, victime d’un infarctus, dû à une "intoxication au paracétamol". La médiatisation de cette affaire a encouragé de nombreuses personnes à témoigner. 

Les semaines suivantes deux plaintes ont été déposées pour non-assistance à personne en danger auprès du parquet de Mulhouse (Haut-Rhin), après deux mauvais diagnostics. L'une concernait un homme qui avait appelé le Samu un 2016 pour se plaindre de fortes douleurs à la poitrine. A l'époque, l'opérateur lui conseille de prendre du paracétamol. Faisant fi de ces recommandations, il se rend à la clinique du Diaconat, où il est immédiatement opéré. Et pour cause : il faisait un infarctus du myocarde.

La deuxième plainte concernait le cas d'un homme qui lui aussi appelle le Samu pour se plaindre d’une douleur à la cuisse. Son interlocuteur identifie une phlébite, lui incombe de ne pas bouger et l'oriente vers SOS Médecins. Sentant son état se dégrader, le patient se rend lui-même, à pied, jusqu’à une maison médicale. Trop tard : les médecins diagnostiquent bien une phlébite mais aussi une embolie pulmonaire grave. Le quinquagénaire meurt trois semaines plus tard.

Une meilleure formation des opérateurs téléphoniques

Face à cette succession de drames, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait demandé une "certification" des Samu. "Il y a aujourd’hui beaucoup d’affaires qui remontent : des affaires aux urgences, des affaires liées au Samu et des affaires liées à la prise en charge des pompiers, aussi soumis à la même pression et au même risque", avait-t-elle déclaré en juin 2018.

La ministre a estimé que ces affaires démontrent "qu’il y a une marge d’amélioration de leurs pratiques, notamment une harmonisation des procédures, une meilleure formation des personnes qui répondent au téléphone" et une "assurance qualité". Et de poursuivre : "Très peu de Samu ont une assurance qualité, or c’est une activité profondément à risque (…) donc elle doit être soumise à une forme d’accréditation, de certification" et "il faudra que ce soit très rapidement mis en place sur le territoire, dès cet été".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité