Publicité

QUESTION D'ACTU

Société

Les douleurs des règles aussi fortes qu’un infarctus

La douleur liée aux règles est parfois minimisée dans notre société. Une partie de la communauté scientifique la compare désormais à celle d’une crise cardiaque. Quand elles sont particulièrement violentes, il convient de se poser la question d'une endométriose, une maladie fréquente et sous-diagnostiquée.

Les douleurs des règles aussi fortes qu’un infarctus ryanking999/Epictura

  • Publié 02.03.2018 à 13h25
  • |
  • Mise à jour le 04.03.2018 à 10h51
  • |
  • |
  • |


Crampes dans le bas du ventre, sensation de fatigue, maux de tête, etc… Une fois par mois, les femmes sont sujettes à ces désagréments à cause de leurs règles. Souvent minimisée, cette douleur menstruelle est désormais reconnue : elle serait "presque aussi forte qu’une crise cardiaque", affirme John Guillebaud, professeur de médecine reproductive à l'University College de Londres, dans un entretien accordé au magazine Quartz.

"Les femmes médecins se montrent parfois peu emphatiques"

Les règles douloureuses, ou "dysménorrhées" dans le jargon scientifique, se manifestent par des crampes ou contractions dans le bas ventre. Les femmes qui souffrent le plus ont des douleurs jusqu’au milieu du dos ou dans les cuisses. Les maux commencent généralement aux premiers saignements et durent deux à trois jours. Grâce aux traitements antalgiques (contre la douleur) ou antispasmodiques (pour lutter contre les contractions de l’utérus), les femmes souffrent moins de leurs règles. En revanche, l’aspirine est déconseillée car elle augmente les saignements.

Le professeur John Guillebaud souligne que les règles douloureuses sont encore trop minimisées dans la société et au sein même de la communauté scientifique. "D'un côté, les hommes, parce qu'ils ne connaissent pas ces douleurs, sous-estiment leur intensité chez certaines patientes. Quant aux femmes médecins, elles se montrent parfois peu empathiques parce qu'elles n'en souffrent pas, ou alors, si elles en souffrent, parce qu'elles jugent que leurs patientes peuvent les surmonter", développe-t-il.

"Les contractions de l'accouchement ne sont rien à côté"

Pourtant, les douleurs extrêmes liées aux règles peuvent signaler de vraies pathologies comme l’endométriose. Cette maladie gynécologique se manifeste à tout âge, lorsque des cellules endométriales partent de l’utérus et se logent dans les ovaires, le péritoine ou autres localisations. Elles subissent l’action du cycle hormonal et notamment des saignements en leur sein lors des règles, constituants des poches remplies de sang.

"La douleur est atroce, les contractions de l’accouchement ne sont rien à côté ! Explique Fabienne, dont les premiers symptômes sont apparus à l’âge de 33 ans. La souffrance augmente chaque jour, plus on perd de sang plus on souffre. Une fois, j’ai cru m’évanouir." Pour éradiquer la douleur, Fabienne a dû faire des piqûres pendant deux ans et prendre des cachets jusqu’à sa ménopause.

L’endométriose toucherait 10% des femmes, selon l’Inserm. Mais elle n’est pas la seule maladie auquelles les femmes sont confrontées. Des règles douloureuses peuvent également être annonciatrices de fibromes, polypes ou d'infections. Il est important de consulter un médecin si les douleurs sont trop importantes.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité