Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude ALPADIR

Baclofène : un effet minime sur la consommation d'alcool

Le volet hospitalier de l’étude sur le baclofène publie des résultats en demi-teinte. Par rapport au placebo, le médicament a peu d’effet sur le sevrage alcoolique.

Baclofène : un effet minime sur la consommation d'alcool SERGE POUZET/SIPA

  • Publié 23.05.2017 à 22h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Le baclofène livre des résultats décevants. Très attendu des patients dépendants à l’alcool, il n’apporte que peu de bénéfices dans le sevrage. L’étude ALPADIR, menée dans les hôpitaux français, le révèle dans Alcohol and Alcoholism. Six mois après le début du traitement, administré à de fortes doses, le médicament ne provoque pas de différence majeure par rapport à un placebo.

Des doses massives

Ces résultats en demi-teinte émergent du suivi de 320 adultes dépendants à l’alcool, recrutés dans les services d’addictologie français. La moitié a reçu du baclofène, l’autre un placebo. La molécule ne témoigne que d’une faible efficacité. 12 % des volontaires sont restés abstinents 20 semaines d’affilée sous médicament contre 10,5 % dans le groupe placebo.

Une interrogation persiste, celle des doses administrées. Elles étaient élevées, puisque 180 mg par jour étaient prescrits. En cas de sclérose en plaques, l’indication initiale du traitement, 20 à 80 mg par jour, sont recommandées. Cette augmentation de posologie peut occasionner des effets secondaires plus lourds que dans le cadre d’une SEP.

Définir le bénéfice par rapport aux risques, c’est justement l’un des objets de la recommandation temporaire d’utilisation (RTU), mise en place par l’Agence nationale de sécurité du médicament. Pour l'heure, une étude menée par le centre antipoison Grand Ouest a signalé un surrisque d’intoxications volontaires et involontaires. Entre 2008 et 2013, 300 surdosages ont été signalés. Neuf ont été mortels.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Un effet sur le craving

Si la consommation d’alcool chute dès le premier mois de prise en charge, la différence est faible entre les deux bras de l’étude. Quotidiennement, les patients sous baclofène ne consomment que 10,9 grammes d’alcool de moins que leurs pairs ayant reçu un placebo. L’écart est légèrement plus marqué chez les personnes dont la consommation est à haut risque.

« Ce n’est pas le médicament miracle que beaucoup décrivent », concédait récemment le Pr Michel Reynaud, coordinateur de l’étude. Un élément suscite toutefois l’intérêt : le craving, c’est-à-dire le désir irrépressible de boire, est significativement réduit grâce au baclofène. Un élément-clé, car environ 10 % des adultes français ont un trouble lié à leur consommation d'alcool.


Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité