Publicité

QUESTION D'ACTU

Surdosage

Baclofène : un risque élevé d’intoxication sévère

Dans une étude menée dans l’ouest de la France, des chercheurs mettent en évidence un risque important d’intoxication grave et alertent les prescripteurs.

Baclofène : un risque élevé d’intoxication sévère SERGE POUZET/SIPA

  • Publié 27.03.2017 à 18h42
  • |
  • |
  • |
  • |


Progressivement, au gré des études, la science affine le profil du baclofène. Le médicament, conçu à l’origine pour traiter les contractures musculaires liées à la sclérose en plaques, est également utilisé dans le sevrage alcoolique. Afin d’évaluer la balance bénéfices-risques de ce médicament, d’encadrer les prescriptions et de suivre les patients, l’ANSM a mis en place une Recommandation Temporaire d’Usage (RTU), au terme de laquelle le laboratoire demandera une extension d’autorisation de mise sur le marché pour l’alcoolo-dépendance en prenant en compte toutes les données scientifiques.

Dont ces dernières en date, parues dans la revue Basic & Clinical Pharmacology & Toxicology. Menée par le centre antipoison Grand ouest de la France, qui couvre une population de 12 millions de patients, l’étude se penche sur le risque de surdosage lié au baclofène. Elle prolonge les résultats de précédents travaux réalisés à l’échelle nationale, qui rapportaient un surrisque important d’intoxications volontaires et involontaires (près de 300 surdoses constatées entre 2008 et 2013, dont neuf décès).

Antécédents psychiatriques

Dans la dernière étude, les auteurs se sont penchés sur le profil des intoxications volontaires, assimilables à des tentatives de suicide. Au total, 111 cas de surdoses volontaires ont été dénombrés entre 2008 et 2013 dans l’Ouest. Parmi elles, les centres ont relevé 46 cas d’intoxications graves, dont quatre décès.
La gravité des cas était fortement liée à la présence de troubles psychiatriques chez ces patients. Les symptômes étaient essentiellement neurologiques et cardiovasculaires. « Le baclofène, prescrit à hautes doses, peut conduire à des intoxications sévères, particulièrement chez des patients qui ont des troubles psychiatriques », écrivent les auteurs.

Or, c’est précisément là que le bât blesse. L’efficacité du baclofène a été constatée à fortes doses (150 mg en moyenne, pouvant aller jusqu’à plus de 300 mg, contre 20 à 80 mg pour l’indication sclérose en plaques).
« Comme la prescription est mensuelle, les patients se retrouvent avec des quantités très importantes de boîtes de médicament chez eux, ils peuvent posséder jusqu’à neuf grammes de baclofène », explique David Boels, toxicologue clinicien au centre antipoison du CHU d’Angers, qui a participé aux travaux. Cela augmente, de fait, le risque de surdosage massif.

"Contre-indication relative"

Par ailleurs, la prévalence de troubles et d’épisodes psychiatriques est plus élevée chez les patients dépendants à l’alcool ou en sevrage, ce qui pose la question de la sûreté des prescriptions chez cette population. « En principe, le baclofène devrait faire l’objet d’une contre-indication relative chez les patients avec antécédents psychiatriques, poursuit David Boels. Cela signifie que la prescription est laissée à l’appréciation du médecin qui évalue les bénéfices et les risques, mais encore faut-il qu’il soit informé ».

Or, à ce jour, la RTU a rassemblé peu de médecins, la plupart continuant de le prescrire en dehors de ce cadre. Dans ce contexte, l’information peut leur échapper.
Actuellement, deux usages de baclofène se profilent. Certains addictologues conseillent d’augmenter les doses si les premiers jours de traitement ne révèlent aucune efficacité, quand d’autres estiment que l’absence d’effets ne fera que se confirmer en augmentant la posologie.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Sécuriser les prescriptions

De là à dire que le baclofène a été à l’origine des intoxications volontaires, que le profil pharmacologique de la molécule a été responsable de l’acte suicidaire, il n’y a qu’un pas qu’il reste encore interdit de franchir. « Comme tout psychotrope, le baclofène peut désinhiber et favoriser le passage à l’acte, mais comme il s’agit de patients qui ont un terrain fragile… A ce stade, il ne serait pas sérieux de conclure à un lien de cause à effet ».

La question posée par ces travaux renvoie donc à la sécurité de la prescription et à la posologie, que les auteurs invitent à adapter en fonction du profil psychiatrique du patient. « On pourrait aussi fractionner la délivrance, pour que le patient n’ait pas un mois, mais deux semaines de traitement sur lui ». Côté laboratoires, les chercheurs suggèrent un conditionnement sous forme de libération prolongée.

« Mais il s’agit avant tout d’alerter. Nous voulons insister sur le fait que le baclofène n’est pas un médicament anodin, qu’il peut être à l’origine d’intoxications graves engageant le pronostic vital », explique David Boels.
D’autres études sont en cours, portant notamment sur les concentrations de la molécule dans le sang des patients traités. Les premiers résultats, encore non validés, indiquent des taux élevés et confirment que la crainte d’un surdosage ne doit pas être balayée par les données relativement favorables sur l’efficacité du baclofène.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité