Publicité

QUESTION D'ACTU

Consommation et "craving"

Alcoolo-dépendance : l'efficacité du Baclofène confirmée

L’étude Bacloville a montré des résultats satisfaisants dans le traitement de la dépendance à l’alcool. La RTU est renouvelée pour un an.

Alcoolo-dépendance : l'efficacité du Baclofène confirmée SERGE POUZET/SIPA

  • Publié 18.03.2017 à 08h22
  • |
  • |
  • |
  • |


Le baclofène « n’est pas un médicament miracle », martèlent les addictologues, mais il n’en reste pas moins intéressant. Ce médicament, utilisé à l’origine pour traiter les contractures musculaires liées à la sclérose en plaques, montre son efficacité dans la lutte contre la dépendance à l’alcool. Les résultats définitifs d’une étude, présentés ce vendredi, viennent confirmer les premières observations.

En effet, deux études ont été lancées afin d’évaluer l’efficacité et l’innocuité du baclofène dans le traitement de l’alcoolo-dépendance. La première, Bacloville, réunit des patients et des prescripteurs (médecins généralistes) en ville, quand la seconde, Alpadir, se penche sur le suivi à l’hôpital.

"Effet positif"

Les premières données dévoilées cet été étaient porteuses d’espoir. Ce vendredi, lors des Journée Annuelles de la Fédération Française d’Alcoologie, les résultats définitifs de Bacloville ont été présentés. Ils confirment « un effet positif » du baclofène à fortes doses au bout d'un an de traitement.

L'essai a été mené de mai 2012 à juin 2013 sur 320 patients âgés de 18 à 65 ans, suivis par des médecins généralistes. Il s'agissait de malades « tout venant, comme en vie réelle, parmi lesquels des dépressifs, des usagers de drogues ou des patients atteints de cirrhose », rappelle le Pr Philippe Jaury, coordonnateur de cet essai, cité par l’AFP.

Le baclofène a ainsi permis de réduire la consommation d’alcool chez plus d’un patient sur deux, voire d’atteindre l’abstinence alors même que cela n’était pas le but visé par les participants – certains souhaitant juste diminuer leur consommation et sortir de la problématique de l’alcoolisme. Le médicament joue ainsi sur le « craving » (envie irrépressible de boire), gage de son efficacité.

"Ce qu'on a de mieux"

Les auteurs des travaux ont observé certains effets secondaires lourds mais très rares (décompensation de troubles psychiatriques, bipolarité) et des effets indésirables plus légers (vertiges, maux de tête, somnolence).

« Au final, au sein de l’arsenal médicamenteux, c’est ce qu’on a de mieux pour traiter la dépendance à l’alcool », explique à Pourquoi Docteur le psychiatre Alain Morel, lui-même prescripteur de baclofène. Pour autant, le médicament ne peut soigner tous les profils. « Cela dépend aussi du degré de solidité du parcours du patient, précise le clinicien. Il faut avoir manifesté une volonté de moins boire, le médicament ne fonctionne pas ‘contre le gré’ du patient ».

L’efficacité de cette thérapie médicamenteuse peut donc dépendre de plusieurs facteurs, notamment celui de l’observance. « Le médicament n’est conditionné que sous forme de comprimés de 10 mg. La dose moyenne s’élève à 150 mg, mais on peut monter jusqu’à 300 mg, soit 30 comprimés ! Sur le long terme, c’est compliqué de prendre autant de médicaments ».

 

Conditions assouplies

Actuellement, et depuis 2014, le baclofène fait l’objet d’une RTU (recommandation temporaire d’usage), qui implique des conditions strictes de prescription et de suivi des patients. Le dispositif arrivant à échéance ce mois, l’ANSM a décidé de le renouveler pour un an, tout en allégeant ces conditions jugées trop complexes sur le terrain.

« Les contre-indications étaient très nombreuses, par exemple, il ne fallait pas l’associer à un traitement de substitution aux opiacés, comme la méthadone, précise Alain Morel. Or, de nombreux patients ont des poly-addictions… Il fallait aussi remplir toute une série de données sur un portail en ligne, ce qui a constitué un frein de taille pour les prescripteurs ».

Résultat : seuls 7 000 patients ont été suivis au sein de la cohorte, alors que le nombre de personnes dépendantes à l’alcool et en recherche de solutions excède évidemment cet ordre de grandeur. « Maintenant, il faut faire rentrer ce médicament dans la pharmacopée normale, pour que le laboratoire modifie les dosages et pour que les patients n’aient pas d’appréhension », commente le spécialiste. Les résultats de l'étude Bacloville feront l'objet d'une prochaine publication très complète, précise l'AP-HP, qui soutient ces travaux.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité