Publicité

QUESTION D'ACTU

Impérial Collège de Londres

Prothèse : un bras robotique contrôlé par la pensée

Grâce à un capteur qui décode les signaux électriques transmis dans la colonne vertébrale, 6 volontaires ont réussi à bouger un bras robotique. 

Prothèse : un bras robotique contrôlé par la pensée angel8888/epictura

  • Publié 07.02.2017 à 07h16
  • |
  • |
  • |
  • |


La robotique progresse à une vitesse fulgurante. Des chercheurs britanniques ont réussi à développer un bras robotique capable de déchiffrer les signaux électriques transmis dans la colonne vertébrale, rapporte le journal scientifique Nature Biomedical Engineering.

Pour contrôler cette prothèse, le patient doit imaginer bouger son membre fantôme ou ses doigts absents. Le capteur interprète alors les informations électriques transmises par les motoneurones de la colonne vertébrale pour commander le bras bionique. Autrement dit, les personnes amputées mobilisent la prothèse par la seule force de leur pensée.

Cette prouesse pourrait révolutionner les prothèses de bras actuelles. Ces dernières fonctionnent grâce à la détection des signaux électriques émis par les muscles restant après l’amputation. Or, ces muscles sont souvent endommagés, ce qui limite la possibilité de mouvements. « Lorsqu’un bras est amputé, les fibres nerveuses et musculaires sont aussi sévèrement touchées. Il est donc très difficile d’obtenir des signaux de qualité pour commander une prothèse », explique le Dr Dario Farina de l’Imperial College of London.


Mise sur le marché d'ici 3 ans

Des écueils largement dépassés par la technologie mise au point par le Dr Farina et son équipe. « Nous avons essayé une autre approche : passer des muscles au système nerveux, explique le chercheur. Notre technologie peut détecter et décoder les signaux plus clairement, ce qui permettrait d’avoir des prothèses plus intuitives et plus fonctionnelles pour les patients ». En effet, les auteurs expliquent qu’en plaçant un capteur dans une région non endommagée par l’amputation comme la colonne vertébrale, il est possible de collecter beaucoup plus de signaux. Résultats : la commande du bras robotique est plus fine, et un plus grand choix de mouvements et possible.

Source : Imperial College of London 

En tout cas, les tests effectués avec 6 volontaires amputés à partir de l’épaule ou juste au dessous du coude sont encourageants. Ils ont d’abord dû subir une intervention chirurgicale visant à reconnecter le système nerveux à des muscles non atteints par l’amputation, soit au niveau des pectoraux soit au biceps. Après cette opération et plusieurs semaines d’entraînement, les volontaires ont pu réaliser bien plus de gestes que ce qu’il leur était possible de faire avec une prothèse classique. Ils étaient en mesure de mobiliser les articulations du coude et celle du poignet, ainsi qu’ouvrir et fermer la main, soit les mouvements de base d’un bras « réel ».

Les chercheurs souhaitent maintenant améliorer leur technologie et espère pouvoir mimer au maximum la mobilité d’un membre « réel ». Ils estiment que le présent modèle pourrait être mis sur le marché d’ici 3 ans.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité