Publicité

QUESTION D'ACTU

Psychologie

Oscars : pourquoi La La Land a toutes ses chances

Un film sur la culture américaine a bien plus de chance de remporter un Oscar, selon des chercheurs en psychologie.

Oscars : pourquoi La La Land a toutes ses chances L'équipe de La La Land est grande favorite pour les Oscars (Shutterstock/SIPA)

  • Publié 06.02.2017 à 07h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Champagne, paillettes et tapis rouge. Présentée par Jimmy Kimmel, la cérémonie des Oscars s’approche à grand pas. Ecornée l’an dernier par la polémique, la grand-messe du cinéma devrait se dérouler plus sereinement le 26 février prochain. Les nominations incluent, en effet, un profil plus diversifié d’acteurs et de cinéastes.

Mais tous n’ont pas les mêmes chances de prétendre à l’honneur suprême. Plusieurs paramètres augmentent considérablement les chances de remporter un Oscar, comme le montre une étude parue dans le British Journal of Psychology. Et l’appartenance sociale a un rôle de taille.

77 % de chance en plus

Tous les acteurs et cinéastes sont-ils égaux face au jury des Oscars ? La réponse est clairement négative au vu des travaux de l’Université du Queensland (Australie). Les chercheurs ont analysé la nationalité de 908 acteurs. 97 ont reçu un Oscar, 383 ont eu l’honneur de figurer parmi les nominés. Le même nombre de primés aux BAFTA (1) a été scruté au peigne. Cette cérémonie britannique est souvent considérée comme l’antichambre des Oscars.

Afin de se faciliter la tâche, l’équipe s’est concentrée sur les prix du meilleur acteur et de la meilleure actrice. Mauvaise nouvelle pour Isabelle Huppert, a priori favorite pour l’Oscar de la meilleure actrice : les Américains ont 77 % plus de chance de rafler la statuette. Les originaires du pays de l’Oncle Sam remportent plus de la moitié des prix. La mécanique est la même de l’autre côté de l’Atlantique. Les sujets de Sa Majesté ont 62 % de chances en plus d’être lauréats.

Le thème compte aussi

« Si on trouve une performance extraordinaire, ce n’est pas forcément grâce à la qualité objective de celle-ci, explique le Dr Niklas Steffens qui signe cette publication. Les spectateurs ont bien plus de chance de reconnaître le caractère brillant d’une performance s’ils partagent le groupe social de son auteur. » L’analyse des deux côtés de l’Atlantique confirme ce constat. Les Américains sont plus souvent primés aux Oscars qu’aux BAFTA, et l’inverse est vrai pour les Britanniques.

Si les nominations se montrent plus justes, l’attribution du prix reste très souvent en faveur des ressortissants du pays. En matière d’égalité, le jury des Academy Awards a visiblement des leçons à prendre du côté de ses confrères britanniques. Ceux-ci font bien moins preuve d’un penchant envers leurs compatriotes.

Mais un autre facteur est à prendre en compte : le sujet du film. Aux Oscars, mieux vaut parler de la culture américaine. 88 % des Américains repartent avec la statuette quand c’est le cas, contre 26 % le reste du temps. Les choses semblent donc bien parties pour le favori de plusieurs catégories. La comédie musicale La La Land (Damien Chazelle) rend hommage à Hollywood.

 

(1)  British Academy of Film and Television Arts 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité