Publicité

QUESTION D'ACTU

Sondage TrocUnDoc

Un praticien sur deux déconseille de faire médecine à ses enfants

Plus de la moitié des médecins déconseillent à leurs enfants d'étudier la médecine, selon une enquête. La fin du mythe du médecin de père en fils.

Un praticien sur deux déconseille de faire médecine à ses enfants Pix5/Kasto

  • Publié 13.10.2016 à 11h22
  • |
  • |
  • |
  • |


Pénurie des effectifs, surcharge de travail, contraintes administratives grandissantes, ou pire burn-out, la liste des maux des médecins est longue en 2016. Mais malgré ces conditions d'exercice difficiles, les études en médecine attirent toujours autant d'étudiants. Cela veut-il dire que les praticiens recommandent toujours aux plus jeunes de suivre leur voie ? C'est la question à laquelle répond le site TrocUnDoc.com, spécialisé dans le remplacement de médecins en France.

Dans une étude, menée auprès de 275 médecins (1), les auteurs concluent qu'« après des études jugées intéressantes », seule une minorité des médecins interrogés (22, 8 %) recommandent sans hésiter le choix de ce cursus.

Plus d'1 médecin sur 2 décourageraient ses enfants 

Ils sont en parallèle nombreux (37,3 %) à déconseiller « franchement » le choix de ces études. De plus, 18,3 % d'entre eux les recommanderaient aux autres, mais les déconseilleraient à leurs enfants. Précision importante, les résultats observés sont les mêmes, quelque soit la spécialité observée. Médecin généraliste ou spécialiste, même combat...

La raison de ce désamour ? Au-delà  du manque de reconnaissance des patients, des politiques, les études sont jugées « tellement difficiles », pour 80 % des sondés. On observe ainsi qu’avant même la fin de l’externat, ils sont déjà 25 % à dissuader les plus jeunes. Trop longues, trop coûteuses, sont des mots qui reviennent sans cesse. Dans ce panel, les seuls professionnels enthousiastes semblent être les externes interrogés, ils sont, c'est vrai, 38 % à faire la promotion, sans hésiter, de leur choix d'études. Peut-être une lueur d'espoir pour les patients inquiets à la lecture de ces chiffres. 

Ces résultats semblent sonner le glas du mythe du médecin de père en fils, puisqu'au final, une fois les données recoupées, une majorité nette d'entre eux (55,6 %) décourageraient le choix des études de médecine pour leurs enfants. « Le désir de soigner son prochain suffira-t-il à motiver les générations futures à entreprendre ce long parcours ? », interroge TrocUnDoc. La réponse peut-être dans un prochain sondage...

(1) L’échantillon est représenté en majorité par les médecins généralistes (71.3 %)

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité