Publicité

QUESTION D'ACTU

Donald Henderson

Disparition de l'homme qui a éradiqué la variole

Donald Henderson, éradicateur de la variole, est décédé le 19 août. Au cours de ses 87 ans d'existence, il a consacré sa vie à la santé publique.

Disparition de l'homme qui a éradiqué la variole CDC/ Dr. John J. Witte

  • Publié 22.08.2016 à 18h48
  • |
  • |
  • |
  • |


Un « géant de la santé publique » est mort, selon Michael Klag, doyen de l’Ecole de santé publique Bloomberg (Baltimore, Maryland, Etats-Unis). Il rend ainsi hommage à l’homme qui a éradiqué la variole, Donald Ainslie Henderson. Décédé ce 19 août à l’âge de 87 ans, l’Américain a dirigé pendant une décennie le programme d’éradication de cette maladie infectieuse grave. Toute une vie consacrée à la santé publique s’achève.

A 87 ans, Henderson comptait un beau palmarès. Cet épidémiologiste de formation a obtenu ses diplômes de médecine à l’université de Rochester (New-York, Etats-Unis) et à la prestigieuse université Johns-Hopkins (Baltimore, Maryland, Etats-Unis). Mais c’est au sein des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) que le scientifique a gagné ses galons.

La variole éradiquée

De 1960 à 1965, Donald Henderson dirige le Service d’investigation épidémique des CDC. Il y développe un programme d’éradication de la variole et propose notamment une aide américaine sur 5 ans. USAID vise 18 pays avec pour objectifs l’éradication de la variole – qui touche alors 10 millions de personnes et en tue 2 millions – et le contrôle de la rougeole.

Cette action volontaire vaut à l’épidémiologiste de rejoindre l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 1966 en tant que directeur de la campagne d’éradication de la variole. Sa stratégie: surveillance et confinement, en complément de la vaccination. Un signalement rapide des cas de variole et l’immunisation systématique des proches paie : le dernier patient est repéré en Somalie, le 26 octobre 1977. 10 ans de lutte coordonnée auront permis d’éradiquer cette maladie infectieuse. Elle est à ce jour la seule.

Sida et anthrax

Donald Henderson ne se contente pas d’affronter la variole. Il veut aussi protéger la population contre d’autres infections. En 1974, il lance ainsi le programme de vaccination mondial de l’OMS. Là aussi avec succès : 80 % des enfants de la planète sont désormais vaccinés contre 6 pathologies majeures.

Doyen de l’université Johns-Hopkins de 1977 à 1990, Henderson joue la carte de la recherche contre une maladie émergente : le sida. Grâce à sa volonté, l’établissement figure parmi les centres de recherches les plus reconnus dans ce domaine. Le spécialiste est sans conteste un visionnaire également dans le domaine social : sous sa direction, sont nommées les premières chaires féminines et il embauche le premier doyen adjoint Afro-américain.

« La santé publique a perdu un héros, et nous avons perdu un grand ami et un collègue », a salué dans un communiqué Michael Klag. Car jusqu’au bout, Donald Henderson a dédié son existence aux menaces sanitaires. Après les attentats du 11 septembre 2001, il a rejoint le bureau de préparation de la santé publique. Son rôle était de réduire les risques liés aux possibles attaques biochimiques, à l’anthrax notamment.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité