Publicité

QUESTION D'ACTU

Bulletin RNSA jusqu'au 25/07

Allergies : les pollens de graminées n'abdiquent pas

Les graminées font de la résistance. En métropole, ces pollens seront encore les principaux responsables dans la semaine à venir des symptômes ressentis par les personnes allergiques.

Allergies : les pollens de graminées n'abdiquent pas sunlover/epictura

  • Publié 17.07.2016 à 17h31
  • |
  • |
  • |
  • |


Malgré les chaleurs et l'été bien présent, vous n'en finissez plus d'éternuer. C'est normal. Et votre paquet de mouchoirs n'est pas encore prêt à quitter vos poches. Dans son dernier bulletin valable jusqu'au 25 juillet, le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) note « un risque d'allergie élevé sur une bonne partie de la France : les graminées n'en finissent plus de polliniser », écrit-il. Seuls 14 départements métropolitains (sur 96) devraient en effet y échapper 

D'après Charlotte Sindt, directrice du RNSA, « ces pollens seront encore les principaux responsables dans la semaine à venir des symptômes ressentis par les allergiques ». Heureusement, « les quantités devraient diminuer petit à petit dans les jours à venir », ajoute-t-elle.

La menace de l'ambroisie se rapproche  

Mais les pollens de graminées ne sont pas les seuls qui planent dans l'air de métropole, les châtaigniers aussi seront présents. Ils sont, c'est vrai, en pleine pollinisation sur toute la France avec parfois de très grandes quantités. « Cependant, ce pollen a un potentiel allergisant faible à négligeable et ne devrait pas beaucoup gêner les allergiques », rassure le Réseau. Idem pour les pollens d'urticacées et de plantain qui seront également présents sur tout le territoire mais avec un risque d'allergie associé faible. 

Enfin, concernant les pollens d'ambroisies qu'il faut signaler (sur www.signalement-ambroisie.fr), les températures très élevées de la première quinzaine de juillet amène le RNSA à réévaluer la prévision faite le mois dernier. Une mauvaise nouvelle puisqu'il avance la fourchette de plus forte probabilité à la période allant du 9 au 12 août. « Cela pour le premier pic susceptible de provoquer un risque d'allergie non négligeable sur la région lyonnaise », indique-t-il.

Il précise que ces dates peuvent être avancées de 4 à 5 jours au Sud de Lyon et retardées au Nord de 3 à 5 jours.

 

Source : RNSA 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité