Publicité

QUESTION D'ACTU

Nouveaux documents

Scandale Volkswagen : la Commission européenne savait depuis 2010

La Commission européenne aurait été avertie dès 2010 d’anomalies sur les tests d’émissions de gaz à effet de serre opérés sur les voitures.

Scandale Volkswagen : la Commission européenne savait depuis 2010 felixtm/epictura

  • Publié 20.06.2016 à 17h25
  • |
  • |
  • |
  • |


En 2015, le constructeur Volkswagen avouait au monde entier la terrible fourberie déployée pour tordre les chiffres relatifs aux émissions de CO2 de son parc automobile. Tous les tests étaient faussés, a-t-on alors appris, en découvrant par la même occasion les étonnantes méthodes ayant servi à cette vaste supercherie – ces fameux logiciels truqueurs.

Du client roulé dans la farine à l’Etat pris pour une poire, chacun a exprimé son effarement, son indignation. Comment n’a-t-on pu s’apercevoir de rien ? Quelques mois plus tard, des éléments de réponse à cette question commencent à émerger. Ils mettent directement en cause une autorité régulatrice, la Commission européenne, qui en savait peut-être davantage qu’elle ne veut bien l’admettre.

« Dispositif de manipulation » 

Selon des documents révélés par deux magazines allemands ainsi que par le Guardian, la Commission européenne aurait en effet été avertie dès 2010 par ses propres services que les tests remis par les constructeurs présentaient des anomalies.

Une note remise à l’instance européenne par son Centre commun de recherche (CCR) aurait même mentionné de manière très précise un « dispositif de manipulation » (defeat device) mis en place par un constructeur automobile, susceptible de tromper les résultats des émissions de gaz à effet de serre.

Récemment, le journal Financial Times a affirmé que le commissaire à la politique industrielle avait également été avisé du problème par une lettre datée de 2013, rédigée par le commissaire à l’environnement, Janez Potocnik.

Ce à quoi la Commission européenne avait répondu par un communiqué lapidaire : « Ça n’a jamais été un secret. Ces défaillances ont amené la Commission à sonner l’alarme régulièrement dans des rapports et des discours, disponibles sur Internet depuis plusieurs années. C’est pour cela que nous avons œuvré pour que les tests reflètent les vrais niveaux de pollution. »

Aveuglement

Toutefois, le niveau de preuves accumulé pendant toutes ces années sur ces pratiques litigieuses aurait dû alerter davantage les services de la Commission. Pour de nombreux observateurs, le long délai enregistré avant que le scandale n’éclate témoigne au mieux de l’incompétence de l’instance européenne, au pire d’une forme de complaisance.

« Ces documents montrent qu’il y a eu un aveuglement général très étonnant au sein de la Commission au sujet de ces dispositifs de manipulation », souligne ainsi dans les pages du Guardian la députée européenne Kathleen van Brempt, qui dirige l’enquête sur ce que l’on appelle désormais le « DieselGate ».

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité