Publicité

QUESTION D'ACTU

Au moins 10 ans

Cancer du sein : poursuivre l'hormonothérapie réduit les rechutes

Les femmes ménopausées traitées pendant 10 ans par hormonothérapie ont un risque de rechute et de nouveau cancer diminuait d'un tiers. 

Cancer du sein : poursuivre l'hormonothérapie réduit les rechutes imagepointfr/epictura

  • Publié 06.06.2016 à 18h26
  • |
  • |
  • |
  • |


Poursuivre pendant plus de 10 ans l’hormonothérapie permet de réduire d’un tiers le risque de rechute du cancer du sein et l’apparition d’un nouveau cancer chez les femmes ménopausées, selon une étude présentée au Congrès de la société américaine d’oncologie clinique qui se tient actuellement à Chicago (ASCO). Les résultats ont également été publiés ce dimanche dans le New England Journal of Medicine.

Certaines tumeurs du sein sont dites hormonosensibles car leur croissance est dépendante des hormones féminines (progestérone, œstrogènes) produites naturellement par le corps. Pour traiter ce type de cancer, les cancérologues optent pour l’hormonothérapie qui permet de limiter la progression du cancer en bloquant l’action de ces hormones. Chez les femmes ménopausées, seuls les anti-aromatases ou inhibiteurs de l’aromatase peuvent être prescrits pendant 5 ans. Mais des oncologues du Centre de recherche sur le cancer du sein de l’hôpital Massachusetts General ont voulu évaluer l’efficacité d’un traitement plus long.


Un risque réduit d'un tiers

Ils ont alors suivi 1 918 femmes ménopausées traitées précocement pour un cancer du sein. Toutes ont pris une fois par jour pendant près de 5 ans un anti-aromatase en association avec leur chimiothérapie. Lorsque leur traitement a pris fin, les volontaires ont été divisées en 2 groupes : l’un a reçu du létrozole pendant 5 ans supplémentaires, et l’autre un placebo. Ni les participantes, ni les médecins ne savaient quel traitement était pris.

Tous les ans, les femmes étaient invitées à réaliser des mammographies, des examens sanguins ainsi qu’une mesure de la densité osseuse car ces traitements peuvent favoriser l’ostéoporose. Au cours des 10 ans de suivi, 165 femmes ont été victimes d’une rechute ou d’un cancer dans le sein non-malade (67 dans le groupe du létrozole groupe et 98 pour le groupe témoin), et 200 sont décédées à cause de leur maladie. « Le risque de rechute et de cancer du sein controlatéral est significativement plus faible de 34 % chez les femmes qui ont continué à prendre l’inhibiteur de l’aromatase pendant 10 ans que celles qui ont reçu un placebo 5 ans après son traitement initial », indiquent les auteurs.

Néanmoins, ils précisent que les femmes ayant pris du létrozole pendant une décennie présentent un taux plus élevé de fractures par rapport aux femmes ayant pris un placebo. Si cet effet était attendu, il rappelle que ce traitement n’est pas anodin et doit nécessiter un suivi spécifique pour éviter une perte osseuse trop importante et un risque accru de fractures. Mais cet effet secondaire ne serait pas persistant.
Une amélioration rapide de la densité osseuse a été observée chez les femmes ayant arrêté le traitement.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité