Publicité

QUESTION D'ACTU

Dr Laurent Alexandre

Génome artificiel : "ils veulent créer la vie chimiquement"

ENTRETIEN - Des scientifiques veulent fabriquer artificiellement des cellules humaines. Un projet qui pourrait donner naissance à des « superbébés », sans parents biologiques.

Génome artificiel : \ OlenaPavlovich/epictura

  • Publié 06.06.2016 à 12h26
  • |
  • |
  • |
  • |


C’est un projet qui fera certainement couler des litres d’encre. Des chercheurs américains ont dévoilé ce jeudi dans la revue Science les travaux qu’ils comptaient mettre en œuvre. Baptisé « Human Genome Project-Write », le projet consiste à fabriquer de toutes pièces, ex nihilo, un génome humain synthétique.

« Les applications potentielles des résultats de HGP-write sont notamment la possibilité de créer des organes humains pour des transplantations et de produire des lignées de cellules résistantes à tous les virus et cancers », s’enthousiasme l’équipe, menée par George Church, professeur de génétique à Harvard et Jef Boeke, de l’Université de New-York.

Ces déclarations n’ont pas tardé à faire sortir la communauté scientifique de ses gonds. Dans plusieurs médias, des chercheurs se sont alarmés d’un projet qui pourrait, à terme, donner naissance à des enfants sans parents biologiques, à partir d’une cellule humaine fabriquée artificiellement. En agitant le spectre de Frankenstein, ils craignent que la créature ne dépasse son créateur… Fictive paranoïa ou inquiétudes bien fondées ?

Les réponses de Laurent Alexandre, président de DNA Vision, société spécialisée dans le séquençage du génome et expert en sciences du futur.
 

Quel est l’intérêt scientifique de ce projet ?

Dr Laurent Alexandre : Le projet consiste à faire pour le génome humain ce que Craig Vanter a fait pour les bactéries il y a six ans. En l’occurrence, il s’agit de partir de zéro et de fabriquer des chromosomes artificiels en assemblant les trois milliards de paires de bases, dans l’objectif de créer une cellule. Sur la bactérie, cela représentait moins d’un million de bases d’ADN. Pour les chromosomes humains, c’est beaucoup plus complexe.

On s’apprête donc à créer la vie chimiquement. D’un point de vue scientifique, le fait de créer tabula rasa des cellules humaines possède une multitude d’applications. Dans un premier temps, il s’agit de faire de l’expérience de labo. Mais cela permettra aussi de tester plein de nouveaux types de génomes, de rajouter des gènes qui n’existent pas chez l’homme… En fait, cela permettra des combinaisons à l’infini de manipulation du vivant. A terme, il s’agit bel et bien de fabriquer un bébé sans parents. On franchit une ligne rouge par rapport aux critères éthiques actuels.

Pourquoi ces scientifiques auraient-ils cette pensée derrière la tête ?

Dr Laurent Alexandre : A partir du moment où l’on fabrique une cellule humaine de toute pièce, on peut créer un être humain, même si cela ne sera pas possible avant au moins deux ou trois décennies. Je pense que c’est clairement le but recherché par l’équipe. George Church est un transhumaniste, il est favorable à l’utilisation des technologies pour modifier notre humanité.

L’année dernière, il a proposé de ressusciter l’homme de Neandertal. Il a écrit un bouquin en 2012 sur la biologie de synthèse, dans lequel il explique que l’on pourra complètement changer notre nature biologique grâce aux technologies de modification génétique. C’est un garçon profondément iconoclaste, transhumaniste et transgressif, qui n’a pas beaucoup de limites.

Ecoutez...
Laurent Alexandre, spécialiste des technologies et de la génétique : « Aux Etats-Unis, rares sont les chercheurs qui ne sont pas transhumanistes. Tout l’écosystème de Harvard et de la Sillicon Valley est noyauté par les transhumanistes.» 

Les comités d’éthique sont-ils susceptibles d’autoriser ce projet ?

Dr Laurent Alexandre : Si le projet est refusé à Boston, il sera validé en Chine ou dans un pays exotique. En l’absence de consensus international, il est impossible de l’interdire à l’échelle mondiale. Church trouvera sans doute une destination où les comités d’éthique sont plus permissifs.

Frankenstein était un monstre ; or, Church veut créer un surhomme – un superbébé, parfait, supérieurement intelligent, sans tare biologique ni génétique. C’est une marche supplémentaire dans la course à l’eugénisme dont on voit mal les limites. Si l’on fabrique des bébés « parfaits », que vont devenir les humains fabriqués par méthode traditionnelle, qui ont leurs qualités, leurs défauts, leur potentiel mais aussi leurs limites ? Comment l’humanité qui n’est pas génétiquement ingéniérée pourra-t-elle résister face à des bébés parfaits ?

Les transhumanistes tapent de plus en plus fort. L’opinion publique ne mesure pas l’immensité des problèmes éthiques qui s’offrent à nous pour les 25 prochaines années. Il faut un peu réfléchir avant de faire des bébés sans parents…

Ecoutez...
Laurent Alexandre : « Dans 30 ans, ce sera aussi facile de fabriquer un chromosome que d’écrire un article sur Word. »

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité