Publicité

QUESTION D'ACTU

Avis de 742 neurologues

AVC hémorragique : des pronostics opposés d'un médecin à l'autre

Face à deux scénarii d'AVC hémorragiques, les avis de 742 neurologues américains vont de la rémission totale à un pronostic de survie nul.

AVC hémorragique : des pronostics opposés d'un médecin à l'autre sudok1/epictura

  • Publié 19.05.2016 à 13h57
  • |
  • |
  • |
  • |


« Est-ce qu’il va s’en sortir ? » Dans les cas d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) hémorragiques, le patient n’est pas souvent en mesure de discuter de son pronostic, et c’est en général un membre de la famille qui s’en charge, et qui attend des informations précises. Le diagnostic n’est pourtant pas si évident à poser pour les neurologues, comme le montre une étude publiée dans la revue scientifique Neurology.

Mis face à deux cas d’AVC hémorragiques, 742 neurologues et neurochirurgiens américains ont proposé leur pronostic sur les chances de survie des patients. Le moins que l’on puisse en dire, c’est que les avis divergent.

« L’éventail des prédictions couvrait des chances de survie allant de 0 à 100 %, rapporte le Dr Dahin Zahuranec, auteur principal de l’étude et neurologue à l’université du Michigan (Etats-Unis). J’ai été très surpris de constater une telle variabilité chez les médecins. » Les neurochirurgiens étaient plus optimistes que les neurologues; les médecins qui avaient vu le plus de cas d’AVC hémorragiques étaient plus pessimistes que les autres.

Des différences de traitement

Il est, de l’avis général, extrêmement difficile de poser un pronostic sur un AVC hémorragique, contrairement à un AVC ischémique – pour lequel l’afflux de sang au cerveau est bloqué par un caillot. L’étendue de l’hémorragie peut être difficile à évaluer, le saignement peut reprendre… Mais lorsque les familles insistent, les médecins s’essaient parfois à des estimations un peu hasardeuses.

Les conséquences de ces divergences dans les avis ont des répercussions évidentes sur le traitement appliqué au patient. Un médecin estimant que des chances de survie sont nulles se concentrera sur le confort du patient, et un accompagnement palliatif, alors que, de l’autre côté du spectre des pronostics, il pourra faire appel à une batterie de médications et d’interventions pour tenter de le ramener dans les meilleures conditions de santé possibles.

« Ces situations sont toujours difficiles, à la fois pour la famille et pour les médecins, ajoute le Dr Zahuranec. Si la famille a une idée claire de ce que le patient souhaiterait, cela peut rendre les choses plus faciles. » Dans tous les cas, afin de faciliter le pronostic auprès de l’entourage, il recommande que les médecins se rappellent de cette incertitude avant d’entamer la discussion.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité