Publicité

QUESTION D'ACTU

Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire

Les enfants sans abri inégaux face à la vaccination

Inégaux jusque dans la précarité. Les enfants sans domicile nés en France ont 2 à 14 fois plus de chances d'être vaccinés que ceux nés en dehors du pays.

Les enfants sans abri inégaux face à la vaccination STEVENS FREDERIC/SIPA

  • Publié 17.11.2015 à 17h50
  • |
  • |
  • |
  • |


Même dans la rue, les inégalités subsistent. C’est particulièrement le cas face à la vaccination, révèle le dernier Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS). L’Observatoire du Samu social de Paris s’est intéressé à la protection des enfants qui n’ont pas de domicile. Entre les enfants nés en France et ceux nés hors de France, d'importantes disparités apparaissent.

100 % dans le DT-Polio

De plus en plus de familles se retrouvent sans logement. Entre 2011 et 2012, le nombre de foyers francophones sans abri a augmenté de 50 %. Un quart d’entre elles a de jeunes enfants. Pourtant, cette population reste mal connue, parce qu’elle est « souvent exclue des enquêtes épidémiologiques menées en population générale et peu représentée dans les rares enquêtes réalisées auprès des personnes sans domicile », expliquent les auteurs.

751 enfants dont la famille est hébergée en hôtel social, en centre d’hébergement d’urgence, de réinsertion sociale ou pour demandeurs d’asile ont été inclus dans ces travaux.
Ils mettent en évidence un véritable fossé entre les sans abri français et étrangers. A 24 mois, les mineurs nés en France ont une couverture vaccinale supérieure à 90 % dans de nombreuses vaccinations. Elle est généralement proche de la population générale. Dans le cas du DT-Polio, par exemple, la part d’enfants à jour atteint 100 % dans toutes les cohortes, sauf celle de 2010-2011.

Plus vaccinés contre l’hépatite B

Dans le cas de la vaccination contre l’hépatite B, la protection est même supérieure par rapport à la population générale. « Ceci reflète probablement la perception par les médecins d’un plus haut risque de contraction de l’hépatite B chez ces enfants appartenant souvent à des familles originaires d’un pays d’endémie élevée de cette infection, avancent les auteurs. Une autre explication pourrait être une prévalence plus élevée de l’hépatite B chronique maternelle chez les mères ayant justifié une sérovaccination à la naissance. »
Ce constat ne peut pas être élargi aux enfants nés hors de France. A 24 mois, la couverture vaccinale est inférieure à 50 % dans l’ensemble des vaccinations observées.


En fait, à âge équivalent, les enfants nés en France ont 2 à 14 fois plus de chance d’être protégés que ceux nés en dehors du pays. Le rattrapage est loin de combler ce retard. « Une attention particulière devrait être portée à cette population spécifique pour veiller à lui assurer une meilleure accessibilité à la vaccination », recommandent les auteurs.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité