Publicité

QUESTION D'ACTU

Deux amendements dans le projet de loi santé

Ophtalmologie : Marisol Touraine donne un coup d'accélérateur à la réforme

Les opticiens pourront renouveler les lunettes, les orthoptistes réaliser des bilans de la vue. L'offre de soins visuels s'assouplit.

Ophtalmologie : Marisol Touraine donne un coup d'accélérateur à la réforme ISOPIX/SIPA

  • Publié 11.09.2015 à 17h38
  • |
  • |
  • |
  • |


L’offre d’ophtalmologie française va évoluer. Voilà longtemps que les ophtalmologues réclament des changements majeurs dans le système de santé, notamment pour réduire les délais d'attente des patients.
La ministre de la Santé a commandé début 2015 un rapport à l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Dominique Voynet vient de rendre ses conclusions. Certaines mesures font consensus entre le gouvernement et les syndicats.

Restructurer la filière visuelle, telle est l’orientation des deux amendements annoncés par Marisol Touraine. Ils seront introduits au projet de loi de modernisation du système de santé, examiné au Sénat à partir de ce 14 septembre. Ils reprennent les préconisations du rapport rendu par Dominique Voynet.

L’alliance avec les orthoptistes

La première mesure devrait soulager une partie de la tâche des ophtalmologues. Il s’agit du développement du « travail aidé », c’est-à-dire la délégation de certains actes aux orthoptistes. Ces derniers pourraient ainsi réaliser des bilans de la vue ou prescrire du matériel de rééducation. Avec cette répartition plus harmonieuse, la ministre de la Santé espère augmenter jusqu’à 35 % les consultations possibles.

Sur le papier, l’amendement semble prometteur, commente le Syndicat National des Ophtalmologistes de France (SNOF). « Généraliser la coopération ophtalmos-orthoptistes est un levier majeur pour faire face aux besoins actuels et à venir de la population en soins oculaires », commente Thierry Bour, son président. Mais son soutien n’est pas sans réserve : il demande des mesures concrètes pour favoriser l’installation d’orthoptistes au sein des cabinets de secteur 1.

Trop peu d’internes

Marisol Touraine souhaite aussi développer le rôle des opticiens en assouplissant les conditions de renouvellement et d’adaptation des verres et des lentilles. Mais l’ophtalmo reste le référent, et Thierry Bour demande des garanties. « Nous demandons un encadrement sérieux afin d’éviter tout risque pour les patients. En effet, les opticiens n’ont pas tous le réflexe d’avertir le médecin en cas d’adaptation d’une ordonnance », explique-t-il.

Ces mesures n’ont pas seulement l’ambition de réduire les délais d’attentes – qui peuvent atteindre 368 jours dans certaines régions –, elles répondent aussi aux demandes répétées du SNOF. Reste une demande à satisfaire : augmenter le nombre d’internes dans cette spécialité, pour compenser les départs à la retraite. Marisol Touraine a, certes, augmenté ce nombre à 150 en 2014. Mais cela ne rattrape toujours pas les 240 départs annuels.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité