Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur 4 000 patients

Arrêter de fumer après un infarctus améliore la qualité de vie

L’arrêt du tabac n’aide pas seulement à éviter un second infarctus. Les anciens fumeurs récupèrent mieux, dès le premier mois de sevrage.

Arrêter de fumer après un infarctus améliore la qualité de vie DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 26.08.2015 à 13h39
  • |
  • |
  • |
  • |


Le sevrage tabagique est presque inévitable après un infarctus du myocarde. Ce réflexe ne permet pas seulement d’éviter une récidive. Selon une étude parue dans Circulation: Cardiovascular Quality and Outcomes, arrêter de fumer est associé à moins de douleur et plus de bien-être.

Les auteurs de l’étude ont suivi 4 000 patients qui ont fait un infarctus, pendant 12 mois. Tous faisaient partie d’essais cliniques s’intéressant à cet événement et à sa convalescence. Les participants ont été séparés en trois groupes : non-fumeurs (29 %), anciens fumeurs qui ont arrêté la cigarette avant leur crise cardiaque (34 %) et fumeurs (37 %). Parmi ces derniers, 46 % ont cessé de fumer dans l’année suivant l’incident.

« Evidemment, les patients qui n’avaient jamais fumé s’en sortaient mieux après leur crise cardiaque, souligne le Dr Sharon Cresci, principal auteur de l’étude. Mais ceux qui ont arrêté de fumer avant ressemblent remarquablement aux non-fumeurs. Les patients qui ont arrêté par la suite se situent à un niveau de récupération intermédiaire, mais ils s’en sortent vraiment mieux que les fumeurs. »

Un effet rapide

Par rapport aux non-fumeurs, les adeptes de la cigarette ont un risque d’angine de poitrine multiplié par 1,5 après un infarctus. C’est un signe que le cœur ne reçoit pas assez d’oxygène, ce qui est handicapant. Les fumeurs souffrent donc d’une moins bonne santé mentale et d’une qualité de vie assez basse. Le fait de se sevrer, en revanche, apporte des bénéfices dès le premier mois. A un an, il n’existe plus aucune différence statistique avec les non-fumeurs que ce soit pour la fréquence des angines de poitrine, la qualité de vie et la santé mentale. « Nous observons une amélioration relativement rapide des mesures », note Sharon Cresci.

Arrêter de fumer réduit le risque de faire un second infarctus, c’est désormais établi. C’est d’ailleurs pour cela qu’une aide au sevrage est proposée systématiquement aux patients. Ces bienfaits plus immédiats pourraient avoir plusieurs origines, d’après les auteurs de l’étude. « L’exposition aux composés toxiques contenus dans la fumée de cigarette cause un stress oxydatif », écrivent-ils en conclusion. La vasodilation, l’activation des plaquettes – éléments sanguins permettant la coagulation – sont perturbées par cette habitude, qui favorise aussi l’inflammation.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité