Publicité

QUESTION D'ACTU

Réforme de l’enseignement

Etudiants en ostéopathie : il est encore temps de changer d'établissement

En plein mois de juillet, 14 écoles d’ostéopathie ont perdu leur droit de délivrer un diplôme. Leurs étudiants devraient avoir la priorité sur les places restantes dans les écoles agréées.

Etudiants en ostéopathie : il est encore temps de changer d'établissement JS EVRARD/SIPA

  • Publié 21.07.2015 à 08h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Juillet ne sera pas un mois de vacances pour les étudiants et les écoles en ostéopathie. Le Journal Officiel daté du 9 juillet a listé les établissements de formation agréés. Or, seuls 23 sur 37 auront le droit de délivrer un diplôme d’ostéopathe.
Le ministère de la Santé témoigne ainsi de sa volonté d’encadrer la profession de manière plus stricte. Un geste salué par les syndicats d’ostéopathes et les représentants des enseignants, qui s’activent pour que tous les étudiants puissent être replacés.

« Seule la compétence paie »

Pas moins de 14 écoles perdent leur droit de délivrer un diplôme en ostéopathie. Les nouveaux critères rendent la formation plus rigoureuse, et mettent l’accent sur la pratique. « Jusqu’à présent, on vivait dans une disparité d’enseignement hautement préjudiciable pour le patient qui ne pouvait pas faire de distinction entre un ostéopathe digne de ce nom et un ostéopathe formé rapidement de façon non qualitative, tant sur le plan manuel que sur le plan de l’expérience clinique, déplore Patrick Feval, Président du Syndicat National de l’Enseignement Supérieur en Ostéopathie (SNESO). Certaines écoles n’avaient pas de clinique, ou si peu que les diplômés ne pouvaient pas en vivre. Or, seule la compétence paie. »

A eux deux, le SNESO et l’INFO (Instituts Nationaux de Formation en Ostéopathie) représentent 3 500 étudiants en ostéopathie. C’est donc sans surprise qu’ils s’affairent à faciliter le transfert des inscrits vers un établissement agréé. « Ils devraient être prioritaires pour rejoindre des écoles agréées », confiait récemment à Pourquoidocteur Thibault Dubois, du Syndicat français des ostéopathes (SFDO). La liste des places restantes est disponible sur un site créé pour l’occasion : www.et-ag-places.fr.

Ecoutez...
Patrick Feval, président du SNESO : « Ceux qui sont en dernière année d’études sont obligés de changer d’école. Les étudiants qui entendraient rester avec un hypothétique agrément prennent un risque majeur. »
Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Les écoles devront se mettre au niveau

Les syndicats d’enseignants reconnaissent les difficultés à venir pour les jeunes inscrits dans des établissements qui ont perdu leur agrément. Mais à leurs yeux, la réforme était nécessaire. « C’est une réforme que l’on attendait depuis la parution des décrets de 2007. Nous avons été enchantés de voir que tout ce qu’on réclamait avait été accordé tant sur le plan qualitatif que quantitatif », se réjouit Patrick Feval.

Les écoles dont l’agrément n’a pas été renouvelé annoncent pour le moment des recours. Mais si elles veulent rouvrir leurs portes l’an prochain, elles devront améliorer leur niveau d’enseignement.

Ecoutez...
Patrick Feval : « Les écoles qui n’ont pas reçu l’agrément savent pertinemment quels sont les critères sur lesquels le refus a été prononcé. A elles de voir si les écarts sont rattrapables d’ici un an ou non. »


Patrick Feval veut croire à un effort de certains établissements, même si « entre vouloir et pouvoir, il y a une différence. Les critères sont tellement exigeants en matière de qualité, c’est-à-dire de diplômes requis, de part d’ostéopathes dans le personnel enseignant, d’expérience, de coordinateurs pédagogiques… que très peu d’écoles en France peuvent y répondre », rappelle-t-il. C’est justement toute la valeur du nouvel agrément : il garantit une formation de qualité. Un argument bénéfique pour les étudiants, mais surtout pour les patients.

En quoi consiste la réforme de la formation ?

Deux décrets et trois arrêtés ont réformé la formation en ostéopathie. Elaborés par le ministère de la Santé, en partenariat avec les syndicats d’ostéopathes, ils élèvent le niveau d’exigence de l’enseignement. En effet, l’Inspection générale des finances a dénoncé en 2007 les nombreuses lacunes et l’hétérogénéité de la formation en France. Les nouveaux textes allongent la durée du cursus de 2 200 heures. Ils mettent aussi l’accent sur l’apprentissage pratique, l’expérience du personnel enseignant. La gouvernance des écoles n’est pas en reste.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité