Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude de 42 000 tweets

Ebola : Twitter avait trois jours d’avance sur les autorités

Entre Twitter et le ministère de la Santé nigérian, trois jours d'écart. Les tweets ont atteint 60 millions de personnes avant l'annonce officielle du premier cas dans le pays.

Ebola : Twitter avait trois jours d’avance sur les autorités Sunday Alamba/AP/SIPA

  • Publié 02.06.2015 à 13h18
  • |
  • |
  • |
  • |


Lors de l’épidémie d’Ebola au Nigéria, Twitter avait trois jours d’avance sur les autorités sanitaires. Des chercheurs de l’université Columbia (New York, Etats-Unis) ont passé en revue plus de 42 000 tweets postés entre le 24 juillet et le 1er août. Une semaine riche puisque le Nigéria a annoncé le premier cas sur son territoire et la Sierra Leone a décrété l’état d’urgence. Mais les twittos ont été plus rapides que les ministères, d’après les conclusions publiées dans l’American Journal of Infection Control.

Trois jours avant que le Nigéria ne reconnaisse la première infection par le virus Ebola sur son sol, 60 millions de personnes en ont été informées sur Twitter. Sur cette même période, 1 500 tweets ont été postés au sujet de l’épidémie en Afrique de l’Ouest.


Localisation des tweets concernant Ebola et le chikungunya le 30 juillet dans la région des Caraïbes et en Afrique. (Source : American Journal of Infection Control)

Cette rapidité de réaction doit servir d’enseignement aux autorités sanitaires, selon les auteurs de l’étude. « L’utilisation de Twitter dans des pays africains comme le Nigéria augmente de manière exponentielle, notent-ils. Il est clair qu’il s’agit d’une ressource utile pour diffuser des informations sanitaires dans ces Etats. Les résultats de l’analyse montrent à quel point Twitter peut être précieux dans le cadre d’un système d’alerte rapide et de surveillance des épidémies, dans un contexte où les systèmes de veille ne sont pas optimaux. »

Compassion, informations

L’analyse du contenu des tweets a révélé que les principaux sujets d’inquiétude concernaient les facteurs de risque, la prévention, l’éducation et l’information sanitaire, mais aussi les lieux où le virus était localisé et la façon dont il se diffusait. Les twittos exprimaient aussi régulièrement de la compassion entre les pays touchés. « #Ebola est transmis à l’homme par des animaux sauvages et se répand dans la population par une transmission d’homme à homme », indiquent certains tweets.

 

 

D’autres dénonçaient le manque d’information des autorités. Parmi les twittos, bon nombre ont fait preuve de compassion ou ont relayé les chiffres.

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité