>
>
Hémochromatose : l'excès de fer peut nuire à la santé

Hémochromatose : l'excès de fer peut nuire à la santé

Hémochromatose : l'excès de fer peut nuire à la santé
© 123RF-angellodeco

L’hémochromatose est une maladie d’origine génétique qui entraîne une absorption excessive du fer alimentaire et un dépôt dans de nombreux organes. La maladie évolue insidieusement et, si elle n’est pas traitée, peut conduire à des atteintes de divers organes (cirrhose, cancer du foie, insuffisance cardiaque...).

Hémochromatose : COMPRENDRE

Des mots pour les maux

L’hémochromatose est une maladie génétique liée à l’altération (mutation) d’un ou de plusieurs gènes impliqués dans l’absorption du fer : il s’agit donc d’une maladie transmissible.
Les gènes sont des petites parties (séquences) des chromosomes (contenus dans le noyau des cellules) qui portent l’information nécessaire à la synthèse de différentes protéines et enzymes.
Du fait de l’anomalie génétique, l’absorption du fer est augmentée et l’accumulation de ce métal dans différents organes conduit insidieusement à leur altération.
La maladie peut se révéler par une fatigue, une coloration anormale de la peau, un diabète, une cirrhose hépatique et une insuffisance cardiaque.

Qu'est-ce que l’hémochromatose ?

L’hémochromatose est une maladie de surcharge en fer de l’organisme qui est due à une absorption excessive du fer alimentaire dans l’intestin. Il s’agit d’une maladie chronique qui évolue insidieusement et qui peut conduire à des altérations de divers organes si elle n’est pas traitée.
L’absorption du fer, qui est normalement régulée, ne l’est plus dans l’hémochromatose où il existe une anomalie génétique, c’est-à-dire une altération (mutation), d’un ou de plusieurs gènes qui commandent cette régulation.
Il existe plusieurs types d’hémochromatose selon la mutation en cause. Les différentes mutations semblent correspondre à des profils cliniques particuliers (signes cliniques et gravité) de la maladie.
L’hyper-absorption  intestinale du fer entraîne l’accumulation en trop grandes quantités de ce métal essentiel pour l'organisme et en particulier dans le foie, les glandes hormonales, le cœur, les articulations…). Cette surcharge en fer peut conduire à des altérations graves de ces organes (cirrhose, cancer du foie, insuffisance cardiaque...) et, à l’extrême, conduire à une mort prématurée.

Quels sont les signes de l’hémochromatose ?

Les hommes sont plus souvent atteints par cette maladie que les femmes (3 hommes atteints pour 1 femme). Les premiers signes de la maladie apparaissent le plus souvent après 40 ans, mais certaines formes d’hémochromatose juvénile peuvent débuter entre 5 et 30 ans.
L'hémochromatose entraîne souvent une fatigue chronique, une coloration foncée de la peau (aussi appelée « mélanodermie » par les médecins), ainsi qu’une atteinte du foie, du pancréas, des articulations, des os, des glandes endocrines ou du cœur.
Ce sont ces atteintes d’organes qui sont à l’origine des différentes complications observées à l'âge adulte telles qu'une cirrhose (fibrose hépatique) avec le risque de cancer du foie (carcinome hépatocellulaire), un diabète insulino-dépendant (c’est-à-dire par insuffisance de sécrétion en insuline par le pancréas), une arthrose touchant plusieurs articulations (polyarthrose liée à des dépôts de fer dans le cartilage), une ostéoporose en rapport avec un hypogonadisme hypogonadotrophique (insuffisance en hormones sexuelles comme les estrogènes et la testostérone) ou une insuffisance cardiaque.
Les anomalies caractéristiques de la maladie qui sont observées dans le sang comprennent une élévation du coefficient de saturation de la transferrine et du taux de ferritine sérique. Certaines formes d’hémochromatose évoluent à très bas bruit, sans signe clinique apparent (asymptomatiques) avec des caractéristiques biologiques particulières marquées par l'association d'un taux élevé de ferritine sérique et d'un coefficient de saturation de la transferrine normal ou bas.

L’hémochromatose est-elle héréditaire ?

L’hémochromatose familiale se transmet sur le mode autosomique récessif : cela veut dire que seuls sont atteints les enfants qui ont reçu le gène altéré (muté), à la fois de leur père et de leur mère. Ainsi, les personnes atteintes sont porteuses du gène muté en deux exemplaires (elles sont dites homozygotes) alors que chacun des parents n’en est porteur qu’à un seul exemplaire (ils sont dits hétérozygotes).
Cette maladie ne touche donc habituellement que des frères et sœurs dans une même famille. La probabilité d’avoir un autre enfant atteint d’hémochromatose familiale est de 1 sur 4 pour un couple ayant déjà donné naissance à un enfant malade.
Une forme particulière d’hémochromatose, celle de type 4, se transmet sur le mode autosomique dominant, c’est-à-dire systématiquement de génération en génération, avec, à chaque grossesse, un risque sur deux de transmettre la maladie.
Le conseil génétique peut être proposé aux familles atteintes par cette maladie afin de les informer sur le risque de transmettre la mutation responsable de la maladie.

Quels sont les différents types d’hémochromatose ?

La forme la plus fréquente de la maladie est l’hémochromatose héréditaire de type 1 (ou HFE). Elle est due à une mutation du gène HFE qui est situé sur le chromosome 6. Deux types d’altérations existent : la mutation C282Y et la mutation H63D.
D’autres formes d’hémochromatose moins fréquentes existent.
• L’hémochromatose juvénile, ou hémochromatose de type 2, plus rare, est due soit à une mutation sur le chromosome 1 (hémochromatose juvénile type 2A) soit à celle du gène de l’hepcidine (protéine active sur le métabolisme du fer récemment découverte) sur le chromosome 19 (hémochromatose juvénile type 2B).
• L’hémochromatose de type 3 résulte d’une mutation du gène du récepteur 2 de la transferrine (TFR2) au niveau du chromosome 7. L’hémochromatose de type 4 est due à une mutation du gène codant pour la ferroportine sur le chromosome 2.

Qui peut être atteint par la maladie ?

L’hémochromatose est surtout observée dans les populations d’Europe du Nord ou d’Amérique du Nord. En France, la maladie est observée dans un cas pour deux à trois cents personnes. Elle est surtout présente en Bretagne et dans le département du Gard. 
Toutes les personnes qui sont porteuses de la mutation ne développent pas une hémochromatose clinique. En effet, pour que la maladie apparaisse, il est nécessaire que la mutation responsable se trouve sur les deux chromosomes de la paire de chromosome concernée (homozygote), ce qui est relativement rare. Si la personne ne porte la mutation que sur un seul de ses 2 chromosomes appariés (hétérozygote), la maladie ne se développera que si d’autres facteurs favorisant l’accumulation du fer dans l’organisme sont aussi présents : par exemple, en cas d’alcoolisme associé. 
Les hommes sont plus fréquemment atteints d’hémochromatose symptomatique que les femmes. Une des explications tient au fait que les règles et la grossesse représentent une cause de perte régulière de fer qui tend à retarder l’apparition des symptômes d’hémochromatose.

DIAGNOSTIC >>
Sur le même sujet :
Nous les femmes
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit