Publicité

>
>
Mononucléose infectieuse : une intense fatigue liée aux baisers
Mononucléose infectieuse : une intense fatigue liée aux baisers
Publié le 03.02.2020
Mononucléose infectieuse : une intense fatigue liée aux baisers
jacoblund/iStock

Mononucléose infectieuse : DIAGNOSTIC

Quand faut-il évoquer une mononucléose ?

Le diagnostic de mononucléose infectieuse est évoqué devant l'association de 3 des symptômes brutaux : fièvre, angine et nombreux ganglions gonflés au niveau du cou, qui définissent le syndrome mononucléosique. Il peut y avoir une fatigue et des plaques rouges sur la peau. Le fait d'avoir été en contact avec une personne atteinte dans les 6 semaines précédant l'apparition des symptômes peut également faire évoquer le diagnostic. 

Comment diagnostiquer une mononucléose ?

Le diagnostic est évoqué en présence des symptômes classique. Le médecin effectuera le plus souvent un prélèvement au niveau de la gorge en cas d'angine (TDR = test de diagnostic rapide) afin d'éliminer l'origine bactérienne de celle-ci. Si le test est négatif, l'angine est donc virale et peut être causée par une mononucléose. 

Une prise de sang sera alors effectuée à la recherche d'anomalies des globules blancs spécifiques à la maladie (augmentation des lymphocytes ou « lymphocytose ») et la présence d'anticorps dirigés contre ce virus. 

Quand est-il nécessaire de faire un bilan pour explorer la mononucléose ?

Lorsque les symptômes évoqués ci-dessus sont présents, la mononucléose est suspectée. Il est difficile d'être certain du diagnostic sans bilan complémentaire. Le plus souvent donc le médecin prescrit une prise de sang afin d'effectuer le diagnostic. En dehors des formes compliquées (rares), aucun autre examen complémentaire n'est nécessaire. 

Quelles sont les maladies qui peuvent mimer la mononucléose ?

N’importe quelle angine virale ou bactérienne peut donner de la fièvre et des douleurs de la gorge, mais les ganglions sont généralement moins nombreux et la fatigue moins forte. Sur la prise de sang il existe plutôt une augmentation des globules blancs de type polynucléaires neutrophiles en cas d’angine bactérienne.

D’autres virus peuvent donner un syndrome mononucléosique et c’est le contexte associé qui permet de les évoquer : infections aiguës à VIH, cytomégalovirus, toxoplasmes, virus de l’herpès humain 6 et 7 et l’angine à streptocoques

<< COMPRENDRE
TRAITEMENT >>

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité