Publicité

MIEUX VIVRE

40 ans de la Loi Veil

Loi Veil : une manifestation pour préserver le droit à l’IVG

Un défilé a témoigné son soutien au droit à l’IVG, ce samedi, pour les 40 ans de la loi Veil. Il a pris place le lendemain de la parution du programme visant à améliorer l'accès à l'avortement en France.

Loi Veil : une manifestation pour préserver le droit à l’IVG NICOLAS MESSYASZ/SIPA

  • Publié 18.01.2015 à 17h04
  • |
  • |
  • |
  • |


Samedi 17 janvier, il y avait de nouveau des personnes dans la rue. Il n’était pas question de la liberté d’expression, mais de celle d’avorter. 7 000 personnes selon les organisateurs, 2 200 selon la police d’après l’AFP, ont ainsi défilé dans les rues parisiennes pour affirmer le droit à l’avortement, à l’occasion des 40 ans de la loi Veil, promulguée le 17 janvier 1975.

Selon les manifestants, le droit à l’avortement est un droit menacé, notamment en raison du manque de structures adaptées. Ils ont défilé en scandant des slogans comme « L'avortement, on s'est battu pour le gagner on se battra pour le garder », ou encore « La loi Veil on y veille », a rapporté l’AFP.


Engagement du gouvernement

De son côté, depuis mai 2012, le ministère de Marisol Touraine œuvre pour garantir aux femmes un meilleur accès à l’avortement. Le site Internet ministériel « ivg.gouv.fr » est opérationnel depuis janvier 2014. L’IVG est désormais remboursée à 100 % par la sécurité sociale et le forfait de l’acte a été revalorisé pour soutenir financièrement les établissements qui le pratiquent. Si la plupart ont accès à l’IVG sans difficulté, certaines restent mal orientées ou mal prises en charge.


Vaste programme national d’action

Pour mettre fin à ces entraves, le ministère de la Santé a récemment dévoilé un nouveau programme national d'action. Parmi les mesures phares de ce plan, Marisol Touraine a annoncé qu'un numéro national d’appel sera créé. Anonyme, non surtaxé et ouvert sept jours sur sept, il a pour mission de répondre aux femmes en quête d’une information, d’une orientation, d’un conseil ou d’un accompagnement dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive (sexualité, contraception, IVG). Par ailleurs, le forfait de prise en charge de l’IVG « de ville » pratiqué en cabinet et de celui réalisé en établissement de santé seront harmonisés. Des actes pratiqués en plus de l'IVG elle-même, et actuellement non pris en charge à 100 % par la sécurité sociale, seront désormais intégralement remboursés.

Ce nouveau programme national rappelle que la Loi de Santé propose que les sages-femmes puissent désormais pratiquer des IVG médicamenteuses et le nombre de lieux pouvant pratiquer l'IVG sera augmenté, notamment car les centres de santé pourront pratiquer des IVG chirurgicales.

Rappelons que près de 220 000 femmes avortent chaque année en France, un chiffre qui reste stable.


 


 


 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité