Publicité

QUESTION D'ACTU

Une campagne contre "l'autismophobie"


  • Publié 05.02.2014 à 08h19
  • |
  • |
  • |
  • |


L’autismophobie… Le mot n’est pas très beau, mais ce qu’il signifie non plus ! C’est Olivia Cattan, maman de Ruben, jeune garçon autiste de 8 ans, qui a inventé le terme. Et ce néologisme n’a qu’un but : dénoncer la « trouille de l’autisme ». Pour cela, Olivia Cattan lance une campagne contre l’autismophobie, comme le révèle le Parisien. « Il faut rendre visible ce handicap, clame-t-elle dans les colonnes du quotidien. Ils sont 600 000, autant qu’il y a d’élus politiques dans ce pays… et on ne les voit nulle part ».


Pour sortir les autistes de l’ombre, SOS autisme passe donc à l’attaque. L’association ouvre aujourd’hui une plateforme téléphonique, SOS autismophobie (0.820.71.00.54). Pas tant pour donner des conseils aux parents d’enfants autistes mais pour recenser tous les cas de discriminations. Ensuite, l’association ne se contentera pas de faire un rapport : « On attaquera en justice chaque fois qu’une structure refusera d’accueillir un enfant autiste, même accompagné d’un éducateur spécialisé, comme ça arrive tous les jours », prévient Olivia Cattan, dans le Parisien.


Et SOS autisme n’est pas la seule association à adopter une telle stratégie offensive. Vaincre l’autisme attaque, elle, la France devant le Conseil de l’Europe. Et selon les informations de Metronews, « le Conseil de l’Europe devrait en effet condamner la France, ce mercredi, pour manquement à son devoir de prise en charge des personnes autistes ». M'Hammed Sajidi, président de Vaincre l’autisme, rappelle la triste réalité : « Aujourd'hui, les autistes sont encore traités comme des malades mentaux et 80 % des enfants ne sont pas du tout scolarisés ».

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité