Publicité

QUESTION D'ACTU

Vitamines, protéines, créatine, ...

Dopage : les pièges des compléments alimentaires

Avant de consommer un complément alimentaire, mieux vaut le connaître. Un sur cinq pourrait contenir une substance dopante. Avis aux sportifs.

Dopage : les pièges des compléments alimentaires ANGOT/SIPA

  • Publié 01.03.2015 à 09h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Alors qu'a eu lieu ce week-end, le match du Tournoi des six nations : France-Pays de Galles, le monde du rugby est dans la tempête ! Dans son dernier livre « Rugby à charges » (à paraître le 5 mars), le journaliste Pierre Ballester dénonce les pratiques dopantes dans le monde de l'ovalie. Il déplore aussi le fiasco de la lutte antidopage dans ce sport. « Il y a eu trois positifs aux stéroïdes anabolisants en 10 ans », témoignait-il ironiquement hier matin sur France info, suggérant que les contrôles n'étaient sans doute pas assez nombreux.

Dans son ouvrage, Pierre Ballester raconte ainsi le recours aux amphétamines qui étaient, selon lui, « aux menus des Bleus »... dans les années 80. De plus, le journaliste décrit la vague d'injection de corticoïdes, recommandée par les médecins des clubs, y compris en top 14, puis l'arrivée en 2000 des joueurs de l'hémisphère Sud avec la mode des compléments alimentaires. Vitamines, minéraux, protéines, mais aussi créatine, acides aminés,... : des produits aujourd'hui plébiscités par les sportifs, y compris amateurs, et tout à fait légaux.

« A haut niveau, les compléments ont envahi le sport pour de multiples raisons (alimentation défaillante, prise de muscles...), pourtant, même s'ils sont autorisés, ils peuvent être à l'origine d'un dopage "involontaire" des sportifs », avertit Dorian Martinez, psychologue et fondateur de SPORT Protect, une plateforme créée pour éviter aux professionnels les pièges du dopage.

Ecoutez Dorian Martinez, fondateur de SPORT Protect : « Des sportifs en prennent pour récupérer plus rapidement. D'autres parce qu'ils font du sport à haut niveau croient qu'ils ont des carences. Ceux-là sont persuadés qu'ils en ont besoin... »


1 complément alimentaire sur 5 contaminé
En effet, selon une étude du biochimiste allemand Hans Geyer menée en 2001, un complément alimentaire sur cinq environ contient des molécules dopantes inscrites sur la liste des substances et méthodes interdites par l'Agence mondiale antidopage (AMA). Et 15 % de ces compléments alimentaires vendus aux sportifs seraient même contaminés par des substances anabolisantes, sans l'indiquer clairement sur l'emballage.

« Depuis, les autres études menées à ce sujet ne sont pas favorables et certaines affirment même que 25 % des compléments alimentaires ne seraient pas "clean" », souligne Dorian Martinez. Ces produits qui peuvent rendre un sportif positif à un test antidopage sont pourtant vendus en tout légalité en France. Dans des boutiques spécialisées, sur Internet, et plus surprenant, en pharmacie. 


Ecoutez Dorian Martinez
: « En France, la loi permet aux industriels de mettre sur le marché des compléments avec des substances dopantes. Je prends l'exemple du citrus aurantium, une plante qui contient de l'octopamine interdite depuis...»


Les pharmaciens prêts à faire le ménage
Mais du côté des pharmaciens on est bien décidé à faire le ménage sur les étagères des officines. Le ministre des Sports, Patrick Kanner, et la Présidente de l'Ordre National des Pharmaciens, Isabelle Adenot, ont justement signé mardi dernier une convention sur la prévention du dopage, notamment celui qui trouve son origine dans la prise de ces compléments alimentaires frauduleux.
Le texte prévoit que l'Ordre devra sensibiliser ses pharmaciens aux risques sanitaires liés aux conduites dopantes et à leur rôle en matière de prévention du dopage. L'Institution devra aussi proposer des outils concrets (affiches, plaquettes..) pour mieux orienter les consommateurs vers des compléments répondants à la norme AFNOR NV F 94-001.

Une tâche difficile à en croire ces professionnels de santé qui se plaignent souvent du manque de transparence des industriels. Des pharmaciens interrogés par pourquoidocteur ont, en effet, révélé que des fabricants mentaient sciemment sur la composition exacte des produits. Pierre Sallet, Directeur général de l'association Athletes For Transparency (AFT), évoque aussi des accidents de fabrication «  possibles » chez les manufacturiers qui parfois polluent des compléments alimentaires involontairement sans que l'industriel ne soit jamais au courant.

Ecoutez Isabelle Adenot, Présidente de l'Ordre des Pharmaciens : « C'est compliqué d'être irréprochable. La liste des produits dopants change chaque année. Avant d'acheter, les Français doivent dire au pharmacien qu'ils sont sportifs. »


Compléments alimentaires : les risques pour la santé
Face aux éventuelles attaques à venir, Isabelle Adenot préfère anticiper en rappelant que le coeur de ce problème n'est pas dans les pharmacies : « Franchement, beaucoup de sportifs ne vont pas en pharmacie. Ils se rendent pour la plupart dans des boutiques spécialisées ou achètent leurs compléments alimentaires sur Internet, où la traçabilité des produits est encore moins bonne. » Un constat inquiétant lorsqu'on sait que ces produits comportent des principes actifs, qui peuvent être dangereux pour certains consommateurs.


A ce sujet, Pierre Sallet confie : « Les compléments alimentaires qui contiennent des protéines peuvent, à haute dose, entraîner un travail rénal accru, ce qui peut être dangereux chez les consommateurs qui ont déjà des problèmes rénaux. Les compléments peuvent avoir d'autres effets délétères sur la santé. En fait, plus on monte en gamme dans le dopage, avec des substances hormonales notamment, plus le risque vital peut être engagé.» Or sur internet il est facile de se procurer ce type de produits, pourtant interdits à la vente.

Ecoutez Pierre SalletDirecteur général de l'AFT : « Sur le Net l'acheteur est dans le flou. C'est une plateforme mondiale donc les normes françaises ne sont pas valables dans d'autres pays. En plus on ne sait pas quel fabricant se cache... »


La FFR XIII protège 100 % de ses licenciés 

Pour éviter de tomber dans les pièges du dopage, des solutions existent pour les sportifs de haut de niveau. SPORT Protect est ainsi devenu le prestataire officiel de la Fédération Française de Rugby à XIII (FFR XIII) depuis la saison 2013-2014. A l’aide d’un identifiant de connexion individuel offert par la FFR XIII, tous les licenciés de la fédération, quel que soit leur niveau de pratique, peuvent désormais consulter à partir d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur l’application SPORT Protect.


Elle leur permet d'une part de se soigner sereinement et d'éviter de prendre un médicament, même d’usage courant, qui peut contenir une substance interdite. D'autre part, l'appli permet aux jeunes sportifs de repérer facilement les références nutritionnelles conformes à la norme antidopage NV F 94-001 garanties par le programme de certification tiers et indépendant SPORT Protect.


Pourtant, malgré ces outils, Dorian Martinez regrette que toutes les fédérations sportives ne soient pas encore totalement sensibilisées à la question du dopage. « Du coup, comme les sportifs de haut niveau sont contrôlés plusieurs fois dans l'année (environ 10-15 fois pour les joueurs de l'Equipe de France de rugby à XV) des cas de dopage "involontaires" sont toujours possibles », conclut-il. 

Ecoutez Dorian Martinez : « Il y a 2 jours, une championne française d'athlétisme nous appelle pour nous annoncer son retour à la compète après un contrôle positif. Elle était contente de s'être rapprochée d'une marque de compléments française. Or, leurs produits contenaient des molécules dopantes






 
 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité