Publicité

QUESTION D'ACTU

Revue Cochrane

DMLA : l’Avastin aussi efficace que le Lucentis selon les experts

Le Lucentis et l’Avastin ont une efficacité et une sécurité comparable dans le traitement DMLA. C’est le résultat d’une revue Cochrane, qui a analysé 9 études.

DMLA : l’Avastin aussi efficace que le Lucentis selon les experts Vladimir Godnik / Mood /REX/SIPA

  • Publié 15.09.2014 à 12h02
  • |
  • |
  • |
  • |


Autoriser ou non l’Avastin (Roche) en traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) : le débat fait rage depuis bientôt deux ans. Cet anticancéreux représente une alternative moins chère au Lucentis (Novartis), mais ses opposants l’estiment moins sûr. Une revue Cochrane vient trancher la question : le bevacizumab (Avastin) est aussi sûr que le ranibizumab (Lucentis).

 

Les experts ont passé en revue 9 essais randomisés contrôlés, qui comparent l’efficacité et la sécurité des deux médicaments. Leur mécanisme d’action est le même : prévenir la croissance anormale de vaisseaux sanguins, ainsi que leur gonflement, qui sont deux caractéristiques de la DMLA. Un total de 3 665 patients, traités pendant un ou deux ans, a été analysé. L’enjeu est de taille : alors que le Lucentis coûte 900 € par injection, l’Avastin n’en demande que 30. Les résultats concluent à une sécurité comparable des traitements, hormis pour les troubles gastro-intestinaux, plus fréquents sous Avastin.

 

Des études de qualité médiocre

Cependant, les auteurs de ces travaux prennent des précautions parce qu'ils perçoivent des différences entre les deux médicaments, mais ces différences ne sont pas significatives sur le plan statistique. Du coup, les auteurs de cette revue n’excluent pas la possibilité que l’Avastin entraîne plus d'effets secondaires que le Lucentis. Selon les études, le taux de décès varie de 27 à 53 pour 1 000 personnes traités dans le cas du médicament le moins cher, et s’établit à 34 pour 1 000 avec l'autre traitement.

Même constat pour les effets indésirables : on en dénombre 222 pour 1 000 personnes traitées par ranibizumab, 200 à 291 pour 1 000 patients sous bevacizumab. Mais, les études étant de qualité médiocre, les chercheurs avancent avec prudence : en l’état, impossible d’affirmer avec certitude que l’Avastin est plus dangereux ou plus sûr que le Lucentis. En revanche, son efficacité est équivalente. Pour résoudre les incertitudes qui persistent sur les bienfaits et la sécurité des médicaments, une seconde revue Cochrane, plus large, est prévue.

 

En France, le débat a été clos en juillet dernier : l’Assemblée nationale a autorisé l’Avastin dans le cadre du projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale 2012 (PLFRSS). L’amendement, déposé par le député PS Gérard Bapt, invoquait des raisons de « santé publique. » Car avant même d’être autorisé officiellement, le bevacizumab était prescrit hors-AMM, en raison de son coût plus modéré. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité