Publicité

QUESTION D'ACTU

Obésité, féminité

Le physique des politiciens influence le vote des électeurs

Un candidat en surpoids ou une candidate n’affichant aucun signe féminin réduisent leurs chances d’être élu, selon 2 études menées à partir d'élections aux Etats-Unis.

Le physique des politiciens influence le vote des électeurs   Hilary Clinton et Barack Obama, en campagne pour l'investiture démocrate en 2008 / J. Scott Applewhite/AP/SIPA

  • Publié 20.05.2014 à 19h27
  • |
  • |
  • |
  • |


« Le poids a un effet significatif sur le vote. Plus la différence de poids est marquée entre les candidats et plus les électeurs votent pour le candidat le plus mince. » Le Pr Roehling, chercheur en psychologie à l’Université du Michigan, a analysé le comportement des électeurs lors de deux dernières élections sénatoriales américaines en 2008 et 2012.
Ses résultats, publiés dans la revue Equality, Diversity and Inclusion, montrent que les hommes et femmes obèses sont très nettement sous-représentés parmi les candidats en tête au premier tour. Lorsqu’il s’agit de surpoids, seules les candidates sont pénalisées. Mais lorsqu’il s’agit de remporter l’élection, les hommes comme les femmes, en surpoids ou obèses recueillent moins de suffrages que leurs adversaires plus minces.

 

Un « biais de poids » dans la représentation nationale

Cette étude apporte la preuve que la discrimination à l’encontre des personnes en surpoids et obèses qui a déjà été documentée dans les secteurs de l’emploi, de l’éducation ou de la santé s’étend au processus électoral américain », note Mark Roehling, qui souligne les implications sociales de ce « biais de poids » : près d’un tiers de la population adulte américaine se trouve donc exclue de toute représentation à un échelon politique important de la vie du pays.

 

Jouez la carte de la féminité

Le nombre de kilos n’est pas le seul facteur de l’apparence physique qui oriente le vote des électeurs américains. Une autre étude américaine menée sur les élections aux postes de gouverneur et de sénateur entre 1998 et 2010 s’est intéressée spécifiquement aux candidates. Les caractères d'emblée visibles de féminité comme le maquillage ou le port de bijoux, la longueur des cheveux apparaissent comme de véritables facteurs prédictifs de succès électoral par rapport aux candidates moins féminines, tout particulièrement dans les états conservateurs.
« Ces résultats ne signifient pas qu’une superbe top-model remportera la Maison Blanche mais ils suggèrent que les succès électoraux féminins nécessitent une balance délicate entre la perception des votants de la féminité traditionnelle et la compétence politique », tentent de nuancer les auteurs. Hilary Clinton appréciera.  

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité