Publicité

QUESTION D'ACTU

Etudes chez la souris

Une transfusion de sang jeune limite le vieillissement

Une injection de sang jeune pour rajeunir, c’est possible… au moins chez la souris. 3 études présentent des résultats encourageants et n’excluent pas une application chez l’homme.

Une transfusion de sang jeune limite le vieillissement LANGFIELD/P.P.L. IMAGE/SIPA

  • Publié 05.05.2014 à 16h39
  • |
  • |
  • |
  • |


Aurait-on trouvé la fontaine de jouvence ? L'idée fait fantasmer les hommes depuis des siècles... et pour la souris, c’est le cas. Ce 4 mai paraissent trois études différentes avec le même principe : rajeunir les organismes de souris vieillissantes. Les résultats, publiés dans Science et Nature Medicine, sont encourageants : les chercheurs sont parvenus à « rajeunir » des rongeurs avec une transfusion sanguine de souris jeunes.

 

Des cœurs et des cerveaux « rechargés »

« On se demande tous pourquoi nous étions plus forts et plus agiles mentalement quand nous étions jeunes », souligne Doug Melton, co-directeur de l’Institut des Cellules souches de Harvard (Massachussetts, Etats-Unis) où a été menée une étude. Le vieillissement, on le sait, s’accompagne d’un déclin de la fonction cérébrale, mais aussi du cœur et des muscles squelettiques.

 

Pourtant, « certains handicaps de la fonction cérébrale liés à l’âge sont réversibles. Ils ne sont pas définitifs », affirme Saul Villeda, co-auteur de l’étude parue dans Nature Medicine. Lorsque des souris âgées reçoivent, par transfusion, du sang de souris plus jeunes, leur forme physique et mentale s’améliore, a-t-il observé. En analysant l’hippocampe, une zone du cerveau qui gère la mémoire, l’équipe de l’école de médecine de Stanford (Californie, Etats-Unis) a noté qu’il était plus large, ce qu’on observe d’ordinaire chez les souris jeunes. « C’est comme si ces cerveaux âgés étaient rechargées par le sang jeune », explique Tony Wyss-Coray, principal auteur de l’étude.

 

Lutter contre les maladies neurodégénératives

Même constat dans Science, où une équipe a adopté la même approche. Les souris transfusées ont un cœur plus jeune, tandis que les autres ont un cœur relâché et plus faible. Les chercheurs l’expliquent par la plus forte présence d’une protéine dans le sang des jeunes. Cette protéine GDF11 se trouve aussi chez l’homme. Jusqu’alors, on pensait qu’elle était spécifique au cœur. En fait, souligne la seconde étude dans Science, elle améliore aussi la capacité physique générale et la fonction cérébrale. Dans le cadre de celle-ci, seule la protéine a été injectée dans le corps des souris vieillissantes.

 

« Il est presque certain, au moins chez l’animal, que la GDF11 possède d’incroyables capacités de restauration des muscles vieillissants et de la fonction cérébrale », indique Doug Melton. En plus de réparer les cellules souches, elle répare aussi les dommages que le vieillissement cause à l’ADN.

Dans tous les cas, les chercheurs espèrent parvenir d’ici 5 ans à reproduire ces découvertes sur un modèle humain. Les domaines d’application semblent infinis, mais les maladies neurodégénératives sont au cœur des espoirs. Et pour cause : la protéine GDF11 améliore la vascularisation et la circulation sanguine dans le cerveau… ce qui favorise la formation de neurones.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité