Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude dans le Lancet

La prévention permettrait d'éviter 37 millions de décès prématurés

En agissant sur six facteurs de risque, comme le tabac, le sel ou l'alcool, les experts estiment que 37 millions de vie pourraient être sauvées à l'horizon 2025.

La prévention permettrait d'éviter 37 millions de décès prématurés VALINCO/SIPA

  • Publié 04.05.2014 à 10h26
  • |
  • |
  • |
  • |


Il faut en finir avec l’apathie et agir d’urgence en matière de prévention des maladies non transmissibles. C’est ce que réclament des spécialistes du monde entier, auteurs d’une étude sur les maladies non transmissibles publiée dans la revue The Lancet.

 

Six facteurs de risques modifiables sont à notre portée : limiter les consommations d’alcool, de tabac et de sel, réduire la tension artérielle et lutter contre le diabète et l’obésité. Ces chercheurs ont donc modélisé une stratégie globale de prévention s’attaquant à ces 6 facteurs entre 2010 et 2025. Les résultats seraient majeurs contre les maladies cardiovasculaires, les pathologies respiratoires chroniques, les cancers et le diabète. Plus de 37 millions de vie seraient sauvées d’ici à 2025, dont 16 millions parmi les personnes décédant prématurément entre 30 et 70 ans. Les pays à revenus faibles et moyens en tireraient le plus de bénéfices avec 31 millions de décès évités.

L’hypertension et le tabac en ligne de mire

Les chercheurs ont comparé la situation actuelle et une situation où on se donnerait les moyens d’atteindre des objectifs de prévention considérés comme raisonnables, c’est-à-dire une réduction de 30% des consommations planétaires de tabac et de sel, de 10% pour celle d’alcool, une diminution de 25% de la prévalence de l’hypertension et un coup de frein net à la hausse de prévalence du diabète et des troubles glycémiques. La probabilité de mourir avant 70 ans d’une maladie cardiovasculaire, d’un cancer, d’un diabète ou d’une maladie respiratoire passerait pour une femme de 19 à 10% et pour un homme de 22 à 11%. Parmi les 6 facteurs de risques identifiés, c’est s’attaquer à la prévention de l’hypertension et à la réduction de la consommation de tabac qui apporterait les bénéfices les plus importants.


Des objectifs réalistes

Cette modélisation n’est pas une lubie de chercheurs, elle s’appuie sur des objectifs affichés par les Nations Unies. En 2011, l’Assemblée générale de l’ONU a en effet adopté un plan stratégique contre les maladies non transmissibles baptisé « Objectif 25x25 », en clair réduire de 25% la mortalité prématurée liée aux maladies non transmissibles d’ici 2025. Chiche, répondent les spécialistes par cette étude. « Nos résultats montrent que ces 6 facteurs de risque sont une contribution essentielle pour atteindre les objectifs 25x25 en accélérant la baisse de mortalité par maladies cardiovasculaires et respiratoires, en diminuant la mortalité par cancers du poumon et de l’estomac et en inversant la tendance à la hausse des décès liés au diabète », souligne l’un des auteurs de cette étude, le Pr Majid Ezzati, épidémiologiste à l’Imperial College à Londres.

 

La prévention parent pauvre de la santé

Dans l’édito qui accompagne cette étude dans le Lancet, le Pr Rifat Atun, spécialiste en santé publique à Harvard aux Etats-Unis, est plus critique : « En dépit de preuves robustes sur l’efficience de ces interventions et de démonstrations incontestables comme cette étude de la nécessité d’agir contre les facteurs de risques de maladies non transmissibles pour sauver des millions de vies, c’est l’indifférence des politiques qui prévaut. » Cet expert déplore que sur les 31 milliards de dollars consacrés par les Nations Unies à la santé en 2011, la prévention des maladies non transmissibles n’en ait reçu « que 377 dérisoires millions » alors qu’elles sont responsables de 50% de la mortalité dans les pays à revenus faibles et moyens. « Aucun des mécanismes de financements innovants, qui ont été si précieux pour lutter contre le VIH, le paludisme, la tuberculose, les maladies infantiles prévenues par la vaccination ou plus récemment la santé maternelle n’ont été ciblés sur les maladies non transmissibles », regrette le Pr Rifat Atun. Les experts ont fait leur part, la lutte contre ces maladies est désormais une question de volonté politique et de promesses à tenir.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité