Publicité

QUESTION D'ACTU

Compléments alimentaires

Levure de riz rouge : une nouvelle mise en garde de l'Anses

Dans son dernier avis, l'Anses indique que la levure de riz rouge présente un risque sanitaire pour certains consommateurs. 

Levure de riz rouge : une nouvelle mise en garde de l'Anses E. M. Welch/Rex Features/SIPA

  • Publié 14.03.2014 à 12h49
  • |
  • |
  • |
  • |


C'est une remise en cause de plus contre les compléments alimentaires ! Dans un avis publié ce mercredi, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation de l'environnement et du travail (Anses) indique que les composés à base de levure de riz rouge présentent un risque sanitaire pour certains consommateurs. Pour l'Agence, leur statut mérite d'être « clarifié » au niveau européen. C'est le seconde mise en garde de l'Anses après celle du mois de février dans laquelle l'Agence affirmait que la levure de riz rouge ne contribue pas à maintenir un taux de cholestérol normal.

Déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants
Mais dans ce document d'une trentaine de pages, l'Anses déconseille ce type de complément aux femmes enceintes ou allaitantes, aux enfants, aux personnes de plus de 70 ans, aux insuffisants rénaux, aux personnes atteintes d'une pathologie musculaire, d'une hypothyroïdie non traitée ou souffrant d'une atteinte hépatique évolutive, ainsi qu'aux forts consommateurs de pamplemousse ou d'alcool.
Par ailleurs, elle précise qu'ils ne doivent pas être utilisés par les patients traités avec des médicaments à base de statines ni ceux ayant dû interrompre ces traitements suite à l’apparition d’effets indésirables (patients dits « intolérants aux statines »).

Des atteintes musculaires et hépatiques
Pour expliquer ces recommandations, l'Agence explique qu'entre 2009 et 2013, le système de nutrivigilance de l'Anses a reçu 30 signalements d'effets indésirables susceptibles d'être liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la levure de riz rouge. « Même si seulement 25 étaient suffisamment précis pour être analysés », souligne-t-elle.
Ils concernent principalement des atteintes musculaires et hépatiques. Pour cette raison, l’Agence demande aux différentes parties prenantes (patients, médecins, pharmaciens) d’envoyer les signalements sur la levure de riz rouge afin d’établir avec certitude les risques liés à ce produit. Les données peuvent être envoyées à l’adresse suivante : consultation-LRR@anses.fr, rappelle-t-elle.

Enfin, l'Anses recommande de prendre conseil auprès d’un professionnel de santé avant de consommer des compléments à base de levure de riz rouge. Et, elle réaffirme aussi qu’en prévention, un régime diététique adapté et la pratique d’exercice physique peuvent réduire efficacement la cholestérolémie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité