Publicité

QUESTION D'ACTU

Nouveau statut

Les sages-femmes de nouveau dans la rue

Les sages-femmes du Collectif redescendent dans la rue ce mercredi pour demander le statut de praticien hospitalier. De son côté, l'intersyndicale souhaite rester dans la fonction publique.

Les sages-femmes de nouveau dans la rue  BENOIT DUCROT/SIPA

  • Publié 19.02.2014 à 11h05
  • |
  • |
  • |
  • |


La marche des sages-femmes continue ! Alors que la profession est en grève depuis 4 mois maintenant, ces professionnelles de santé seront à nouveau dans les rues de Paris, et devant le ministère de la Santé ce mercredi, pour manifester leur grogne. A l'appel du Collectif (1), ces femmes ont bien l'intention de pousser la ministre de la Santé, Marisol Touraine, à prendre rapidement une décision concernant l'avenir de la profession.

Un statut médical ou rien pour les sages-femmes du Collectif
Cette délégation réclame, d'abord, « un parcours de santé pour la femme enceinte ou non, avec un positionnement de la sage-femme comme praticien de 1er recours dans les faits. » Ensuite, elles souhaitent obtenir « la création d’un statut médical de praticien hospitalier SF à l’hôpital (donc la sortie du titre IV de la Fonction Publique), et l’inscription de la profession de sage-femme dans la 6ème partie du Code de la Santé Publique avec les autres professions médicales. »
« Nous refusons un statut de profession "intermédiaire", qui n’aura de médical que l’adjectif ! », indiquent-elles dans leur dernier communiqué. Enfin, ces professionnelles demandent un salaire à hauteur des compétences et des responsabilités. Pour rappel, alors qu'elles ont un bac+5 avec une première année de médecine, les sages-femmes sont payées comme des bac+2 et demi, avec même pas le salaire de base qui correspond à un niveau licence.   

Une profession très divisée sur le "nouveau" statut
Et sur ce dernier point, les sages femmes du Collectif sont soutenues par les syndicats CGT, CFDT, FO, Sud et Unsa de la fonction publique hospitalière (FPH) ont appelé dernier jeudi la ministre de la Santé, Marisol Touraine, à rendre un arbitrage sur le statut des sages-femmes à l'hôpital, « afin d'ouvrir dans la foulée des négociations salariales. »

Car l'intersyndicale défend pour sa part le maintien des sages-femmes hospitalières dans la FPH. D'ailleurs, selon cette même intersyndicale, des sondages réalisés depuis quelques semaines dans les grands centres hospitaliers révèlent que, « partout où les sages-femmes ont voté, entre 80 % et 96 % souhaitent rester dans la FPH. »
« C'est le cas notamment à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (AP-HP, Val-de-Marne), l'un des plus touchés par la grève des sages-femmes, où 96 % d'entre elles souhaiteraient rester dans la FPH », a indiqué à l'Agence presse médicale Annie-Claude Ottan, sage-femme déléguée syndicale CGT. Pour elles, le statut de PH « implique une grande précarité de l'emploi, une grande mobilité nationale et un régime de retraite désavantageux. »

Pour la ministre, sage-femme est une profession médicale
Pour sa part, la ministre de la Santé a déclaré sur France Inter qu'il faut que « le nouveau statut [à l'hôpital] tienne compte de la demande de reconnaissance des sages-femmes et du bon fonctionnement de la communauté hospitalière. Concernant leurs responsabilité médicales, elles seront reconnues, il n'y a absolument aucun doute sur ce sujet. Ce sont des professions médicales », a-t-elle conclu.

(1) ONSSF, CNSF, ANSFC, ANESF, CNEMa, CFTC santé sociaux

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité