Publicité

QUESTION D'ACTU

Sans régime

Noël : l'exercice physique efface les excès du réveillon

Une nouvelle étude montre que l'exercice physique quotidien est capable de gommer les effets néfastes induits par une suralimentation au moment des fêtes. Inutile de faire un régime.

Noël : l'exercice physique efface les excès du réveillon SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 25.12.2013 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Foie gras, volaille, vins et desserts en pagailles, pour beaucoup les réveillons de Noël et de fin d'année riment avec excès. Mais pas de panique : une nouvelle étude publiée le 15 décembre dans The Journal of Physiology (en accès gratuit jusqu'au 16 janvier 2014) montre que l'exercice physique contrecarre les méfaits des excès alimentaires de Noël... et des autres jours de l'année.


Pour cette étude, on a demandé à 26 jeunes hommes sportifs et en bonne santé de rester inactif durant une semaine. Tandis que la moitié du groupe ne s'exerçait pas du tout, on a demandé à l'autre moitié de courir sur un tapis roulant pendant 45 minutes quotidiennement. L'ensemble des 26 jeunes hommes a dû se suralimenter : le groupe qui ne s'exerçait pas a vu son régime alimentaire habituel croitre de 50 % en terme de calories. Pour le groupe des sportifs, le pourcentage de calories consommées a été augmenté de 75 %, afin que les calories brûlées durant les 45 minutes d'exercice physique ne faussent pas les résultats et que tout le monde ait le même surplus énergétique chaque jour.

Ecoutez le docteur Patrick Sérog, nutritionniste. « Cette étude physiologique mesure les effets sur l'organisme de la sédentarité, par la diminution de l'activité physique, et de la suralimentation. Ils ont mimé la situation de l'homme « moderne et citadin » et il ont fait varier une composante unique : l'activité physique ».



Effets observables au bout d'une semaine


Evidemment, avec un régime alimentaire pareil, au bout d'une semaine tout le monde avait grossi. Cependant, l'étude montre que ce régime de suralimentation n'a pas eu les mêmes effets sur les deux groupes de jeunes hommes. Alors que le groupe des sportifs n'a pas vu de « perturbation de leur insuline et des marqueurs de gênes de l'obésité », la suralimentation a eu « des effets sur le taux de glycémie » du groupe qui est resté totalement inactif. Les scientifiques ont ainsi observé qu'au bout d'une semaine, « les cellules graisseuses exprimaient de manière exagérée des gênes liés à des changements métaboliques malsains ».


Pour le docteur Patrick Sérog, cette étude fait un pas un avant très important pour la compréhension de l'importance de l'exercice physique : « C'est la première étude qui démontre que l'exercice physique à lui tout seul provoque un effet bénéfique sur la régulation de l'insuline et des gênes de régulation du tissu adipeux. » En clair, l'exercice physique, seul – et donc sans besoin de régime, est capable de gommer les effets néfastes induits par une suralimentation.


150 minutes de sport par semaine


Ecoutez le Pr Patrick Tounian, chef du service de nutrition pédiatrique de l'hôpital Trousseau à Paris. « On peut, rien qu'en faisant de l'activité physique et sans maigrir, diminuer son risque cardio-vasculaire, notamment l'insulino-résistance. »


Le Dr Sérog insiste sur la nécessité de l'exercice physique pour la santé et le bien-être, même s'il est avéré que faire du sport ne fait pas maigrir : « On n'a pas de meilleur médicament que l'exercice physique. Il faut tout faire pour encourager les gens à pratiquer une activité physique régulière d'au moins 150 minutes par semaine. »


« Il faut que Noël reste une fête ! »


Mais de nombreux nutritionnistes insistent sur le fait que les fêtes de fin d'année doivent rester un plaisir. Jean-Daniel Lalau, professeur de nutrition au CHU d'Amiens, exprime « une réaction de rejet, non pas par rapport à l'étude, mais quant à son extrapolation en cette période des fêtes ». Il lutte contre une société et une alimentation « hypernormée », surtout durant les fêtes de fin d'année. « Il ne faut pas s'immiscer dans les assiettes durant les périodes de fête, cela devient intrusif et excessif : il faut que Noël reste une fête ! ».

Patrick Tounian va même plus loin : « Rien ne justifie la poursuite d'un régime le jour du réveillon ! Ce n'est pas quelques jours d'excès qui vont tuer un individu. » Ce qui correspond à l'opinion des Français. D’après une étude Ifop / UPSA, 61% des Français déclarent que les fêtes de fin d’année sont source de plaisir et de joie, et ce même si 15% d’entre eux les vivent plutôt comme une période de stress et d’angoisse.

Les Français auraient d'ailleurs tort de se priver puisque leur dîner de réveillon est considéré comme étant le plus sain du monde ! Une enquête publiée dans le Daily Mail a ainsi montré que le repas du réveillon français, avec ses 46g de lipides et ses 29g de glucides par personne, était le moins nocif des repas traditionnels. C'est le Royaume-Uni qui décroche la timballe, avec une moyenne de 7000 calories ! Le déjeuner typique britannique contient 69 g de lipides et 211 g de glucides. Il ne reste donc plus qu'à se faire plaisir. A condition, évidemment, de reprendre l'exercice physique et les bonnes habitudes alimentaires dès la fin des fêtes.

Etude Ifop/UPSA réalisée auprès d’un échantillon de 1 001 personnes - représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus – par questionnaire auto-administré en ligne. Du 13 au 15 novembre 2013.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité