Publicité

QUESTION D'ACTU

Chirurgie par coelioscopie et robot assistée

Première en France : une greffe de rein sans cicatrice

Le CHRU de Tours annonce avoir réalisé avec succès une transplantation rénale par cœlioscopie et robot assistée. Une première en France.

Première en France : une greffe de rein sans cicatrice DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 13.11.2013 à 11h52
  • |
  • |
  • |
  • |


Une greffe de rein qui ne laisse pratiquement aucune cicatrice, c'est la prouesse réalisée par une équipe de chirurgie française ! Le 24 octobre dernier, au CHRU de Tours, l’équipe coordonnée par le Professeur Bruyère, en lien étroit avec le responsable de l’unité de transplantation rénale, le Professeur Büchler, a réalisé une greffe de rein par coelioscopie et robot assistée. Cette technique chirurgicale qui permet à un robot d’opérer à l’intérieur de l'abdomen en ne faisant que des petites incisions, exécutée avec succès dans le cadre de cette opération, est une première en France !


Pas d'incision de 15 cm
Traditionnellement les greffes rénales sont réalisées par une incision d’une quinzaine de centimètres dans la partie basse et latérale du ventre. Les complications que l’on peut observer après cette intervention peuvent être multiples (préjudice esthétique lié à la cicatrice, infections ou éventrations de la paroi, problèmes sur la suture des vaisseaux...). Ces complications peuvent nécessiter de nouvelles interventions, voire entraîner la perte du greffon.
De longue date, les chirurgiens tourangeaux tentent de trouver les moyens de réduire ces complications. Pour parvenir à réaliser cet objectif, ces derniers ont souhaité tenter pour la 1ère fois l'opération par coelioscopie assistée d'un robot, une technique connue pour réduire potentiellement les risques. Néanmoins, l’acte est plus difficile et nécessite des équipes d’opérateurs chevronnés. C’est la raison pour laquelle cela n’a pas été réalisé jusqu’à présent en France. Seuls quelques opérations ont été faites aux Etats unis, en Inde, ou encore en Italie. 

Cette première réalisée par des chirurgiens français témoigne donc d’une double compétence des équipes hospitalo-universitaires tourangelles. En néphrologie tout d'abord, puis en chirurgie robot-assistée. L’établissement en question a été doté du robot chirurgical en 2007. Depuis, près de 1000 interventions ont été effectuées à l’aide du robot (dont une majorité d’ablation de la prostate pour cancer).

La patiente va bien
Suite à cette opération, l'état de la patiente ne suscite pas d'inquiétude. Son transit a très rapidement repris et elle n’a pas souffert de douleur importante dans les suites de l'intervention. « Il est pour l’instant prématuré sur ce cas unique de dire si les risques potentiels de la transplantation sont diminués mais l’équipe de néphrologie et notamment les infirmières de suivi post-greffe confirment l’excellent état de la patiente et des suites plus simples qu’à l’habitude », indique l'équipe.

Malheureusement tous les patients ne pourront pas bénéficier de cette technique inédite. Le CHRU de Tours indique que dans un premier temps, seulement certains malades seront opérés par coelioscopie robot assistée mais secondairement on peut penser que les malades les plus compliqués seront les patients qui bénéficieront le plus de cette chirurgie. « L’utilisation importante du robot dans notre établissement ne le rend pas disponible tout le temps ce qui limitera potentiellement les indications », souligne  l'établissement. « Nous imaginons que la première année une vingtaine de malades pourront être opérés selon cette voie et progressivement de plus en plus de malades si la disponibilité du robot le permet pourront en bénéficier », conclut le communiqué.


 



Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité