Publicité

QUESTION D'ACTU

A partir du 2 décembre 2013

Grève : les médecins libéraux menacent de fermer leurs cabinets

Généralistes, radiologues ou biologistes, plusieurs spécialistes de l’UFML préparent une semaine de fermeture des cabinets libéraux. Selon ces médecins grévistes, les motifs de colère ne manquent pas.  

Grève : les médecins libéraux menacent de fermer leurs cabinets OGERS/NEWSTEAM/SIPA

  • Publié 10.11.2013 à 12h23
  • |
  • |
  • |
  • |


« Il y a d’abord l’instauration du tiers payant généralisé qui va changer notre relation avec le malade. Nous serons sous la coupe de payeurs – l’assurance maladie et les complémentaires santé -, ce qui va créer des conflits d’intérêt et des risques de pressions sur nos prescription » explique Jérôme Marty, président de l’Union française pour une médecine libre (UFML) dans les colonnes du Parisien. Dans un article publié ce dimanche dans le quotidien, plusieurs médecins libéraux annoncent leur intention de fermer leurs cabinets médicaux libéraux pendant une semaine à compter du 2 décembre prochain. D’après les informations révélées par le Parisien, cette grève, votée hier soir à la quasi-unanimité des quelques 300 professionnels de santé de toutes les régions réunis à l’hôpital Cochin à Paris, a été décidé à l’initiative de l’UFML. Cette association crée il y a un an, au moment du mouvement sur Facebook « Les médecins ne sont pas des pigeons », avait attiré plus de 30 000 adeptes.

 

Un joug administratif toujours plus lourds selon ces libéraux

Cela fait plusieurs mois que la grogne monte parmi les libéraux avec une liste de griefs qui ne cesse de s’allonger. Si le tiers payant doit être et doit rester une liberté selon l’UFML, l’association dénonce surtout la création d’une médecine sous dépendance directe des organismes payeurs, qui enfermera les médecins, multipliera sans limite leurs contraintes administratives et restreindra de façon définitive les plus élémentaires de leurs libertés. « J’accuse Marisol Touraine de vouloir demain installer une médecine de quota et de files d’attente, une médecine à l’Anglaise. J’accuse le gouvernement de favoriser par des mesures fiscales ou étatiques, les organismes complémentaires. J’accuse Mme Touraine d’insultes quotidiennes à la profession dont elle a la charge » sont quelques uns des griefs martelés clairement sur les affiches de l’UFML. Enfin, la mise en place des nouveaux contrats d’accès aux soins sensés limiter les dépassements d’honoraire et la fermetures de certains réseaux de soins sont également au cœur de la colère de ces professionnels de santé libéraux.

 

Une action qui pourrait impacter toute la France

« Il est temps que la profession médicale reprenne en main son avenir » peut-on lire sur l’une des affiches crées par l’UFML. Si l’idée de fermer les cabinets médicaux libéraux à la veille des prochaines élections municipales est maintenue, cette action pourrait en effet avoir des conséquences sur l’ensemble du territoire. En effet, l’UFML compte actuellement près de 5000 adhérents. « Puisque le gouvernement nous maltraite, nous allons montrer aux Français ce que c’est qu’une France sans médecine libérale » menace le Dr Jean Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France et à l’origine de cette proposition de fermeture des cabinets. Par ailleurs, l’UFML compte manifester son mécontentement d’une autre façon pour le moins provocatrice. Toujours selon le Parisien, dès le 2 décembre, l’association a l’intention d’installer une tente devant l’Hôtel Dieu, à Paris, avec une banderole : « Ici, on soigne moins chez qu’en face… »

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité