Publicité

QUESTION D'ACTU

La thèse de l'empoisonnement relancée

Yasser Arafat aurait aurait ingéré du polonium 210

Les circonstances de la mort de Yasser Arafat restent floues mais des traces de polonium relevées par des experts donnent du crédit à la thèse de l’empoisonnement.

Yasser Arafat aurait aurait ingéré du polonium 210 Osama Silwadi/EyePr/NEWSCOM/SIPA

  • Publié 14.10.2013 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Yasser Arafat serait mort empoisonné. Cette théorie persiste depuis la mort mystérieuse du leader palestinien en 2004. Des experts suisses analysent depuis novembre 2012 les effets personnels de l’homme. Le compte rendu, publié ce 14 octobre dans la revue The Lancet, confirme la « possibilité » d’un empoisonnement avec une substance radioactive.

 

Tous les signes d’un empoisonnement

Les échantillons examinés contenaient des fluides corporels (sang, urine). Ils ont révélé la présence d’une radioactivité élevée au polonium 210, selon les experts de l’Institut de radiophysique (IRA) de Lausanne (Suisse). Ce constat confirme la découverte en juillet 2012 d’une radioactivité au polonium sur ces mêmes effets. Voilà qui vient étayer la théorie d’un empoisonnement de l’ancien chef palestinien. Arafat aurait ingéré du polonium 210 en 2004. Rien de nouveau par rapport à 2012 cependant : aucune preuve ne confirme avec certitude ces thèses.

 

Les symptômes de Yasser Arafat avant sa mort laissaient déjà suspecter une irradiation importante. Les médecins de l’hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine) n’ont pas pu identifier la maladie dont il souffrait. Son état de santé s’était dégradé à Ramallah, en Cisjordanie : nausée, vomissements, douleurs abdominales, diarrhée… Son état général avait empiré en France, avec des symptômes gastro-intestinaux ininterrompus jusqu’à son décès en novembre 2004. Son corps a été exhumé en 2012, à Ramallah, huit ans après son décès, afin d’être autopsié. Un premier pas vers la vérité, aux yeux de sa veuve qui soutient depuis le début qu’il a été empoisonné.

 

Le poison qui a tué un opposant russe

Le polonium 210, présent notamment dans l’uranium, est hautement toxique à petite dose. Il n’existe aucun traitement pour évacuer cette substance de l’organisme. 250 000 fois plus toxique que le cyanure, il est très volatil. Cela en fait un poison de choix : ses traces sont difficilement détectables lors d’une autopsie. Il est cependant très peu utilisé.

 

Le polonium est tristement célèbre. Il a déjà fait parler de lui en 2006, après la mort d’Alexandre Litvinenko. Il avait présenté les mêmes symptômes que Yasser Arafat. Les médecins avaient alors soupçonné un empoisonnement au thallium. L’opposant russe à Vladimir Poutine, est mort 3 semaines après avoir été empoisonné par une dose massive de plusieurs microgrammes de polonium dans une tasse de thé.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité