Publicité

QUESTION D'ACTU

Enquête sur 360 personnes

Coronavirus : les Français bravent les risques pour aller à la Mecque

Selon l'AP-HM, les Français en partance pour le pèlerinage de La Mecque sont décidés à partir, même si leur état de santé justifierait qu'ils reportent leur voyage en raison de l'épidémie de coronavirus.

Coronavirus : les Français bravent les risques pour aller à la Mecque SIMON ISABELLE/SIPA

  • Publié 14.10.2013 à 12h44
  • |
  • |
  • |
  • |


Quand la foi est plus forte que la raison. Selon une enquête de l'Assistance publique-hôpitaux de Marseille (AP-HM) publiée il y a quelques jours dans Eurosurveillance, l'épidémie de coronavirus n'effraie pas les pélerins. Les Français qui se préparaient à partir en pèlerinage à La Mecque déclaraient ne pas vouloir annuler leur voyage, bien que leur de santé justifierait qu'ils le reporte en raison de l'épidémie de coronavirus.

Aucun patient fragile n'a déclaré avoir annulé son voyage
Le Hadj est le plus grand rassemblement religieux musulman du monde. Il a débuté dimanche à La Mecque et se pousuivra jusqu'au vendredi 18 octobre. Cette année, ce sont près de 3 millions de pèlerins qui sont attendus. Une affluence record qui inquiète de nombreux pays puisque l'Arabie Saoudite est actuellement le pays le plus touché par l'épidémie du nouveau coronavirus (MERS-CoV). Sur les 136 cas confirmés d'infections, 119 sont en effet survenus en Arabie Saoudite, entraînant le décès de 51 personnes dans le royaume. Au total, le virus a déjà tué 58 personnes, selon le dernier décompte de l'Organisation mondiale de la santé du 4 octobre.
Mais visiblement, ce bilan pourtant préocuppant ne fait pas peur peur aux pèlerins Français. Le Dr Philippe Gautret et ses collègues du pôle maladies infectieuses de l'AP-HM ont réalisé, entre le 26 août et le 22 septembre, une enquête auprès de 360 personnes venues se faire vacciner contre le méningocoque en prévision du Hadj. Un vaccin obligatoire au moins 10 jours avant l'entrée dans le territoire saoudien.
A cette occasion, l'ensemble des patients ont accepté de répondre aux questions posées par un médecin. Parmi ces personnes interrogées,  179 présentaient au moins une contre-indication au pèlerinage, selon les recommandations saoudiennes. Malgré ça, aucune d'entre elles n'a décidé de reporter son pèlerinage même après qu'une information « claire et simple leur ait été dispensée », précise le Dr Gautret à l'Agence presse médicale. D'après ce dernier, « il se peut que les pèlerins n'aient pas souhaité reporter leur pèlerinage parce qu'ils avaient déjà réservé et payé leur voyage. »

Seul un fidèle sur trois connaît les recommandations saoudiennes
En outre, 65 % des pèlerins venus consulter avaient connaissance de l'épidémie de MERS-CoV. Par contre, ils étaient seulement un tiers d'entre eux à connaître les recommandations saoudiennes de restriction pour les personnes les plus à risque de complications en cas d'infection. Pour rappel, en juillet dernier, le ministère saoudien de la santé a publié des recommandations relatives à la santé des pèlerins. Il recommande aux personnes de plus de 65 ans, ainsi qu'à celles présentant des maladies chroniques ou des déficits immunitaires, aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 12 ans, de reporter leur pèlerinage. Les autorités françaises ont relayé ces recommandations saoudiennes aux pèlerins français. Pour sa part, l'OMS n'a émis aucune restriction de voyage. 

Le Shut Down va perturber le suivi des fidèles à leur retour
Aux Etats-Unis, dans un article publié jeudi par le site d'informations MedPage Today, Andrew Pavia, spécialiste des maladies infectieuses à l'université d'Utah (Salt Lake City), déclaré craindre que le suivi des pèlerins malades de retour de la Mecque soit  « critique », même en cas de fausses alertes, en raison du « Shut Down » gouvernemental.
En effet, 80 % à 85 % du personnel des Centers for Disease Control and Prevention, la principale agence gouvernementale américaine en matière de protection de la santé publique, es aujourd'hui contraint au chômage, selon Barbara Reynolds, directrice des affaires publiques aux CDC.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité