• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Société Européenne de cardiologie

Bientôt de l'ARNm pour réparer le coeur ?

Rendue "célèbre" par son utilisation dans les vaccins contre la Covid, la technique de l'ARN messager pourrait être utilisée pour générer une réparation de cellules cardiaques endommagées.

Bientôt de l'ARNm pour réparer le coeur ? remotevfx/iStock


  • Publié le 30.04.2022 à 18h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La technique de l'ARNm utilise des nanoparticules lipidiques pour faire réagir les cellules de l'organisme
  • Une expérience sur l'utilisation de cette technique dans la réparation des cellules cardiaques endommagées par un jnfarctus a donné des résultats prometteurs

Le grand public a découvert la technique de l'ARN messager à travers les nouveaux vaccins mis au point à la suite de la pandémie de Covid-19. Aujourd'hui, cette technique qui consiste, pour le vaccin, à utiliser des nanoparticules lipidiques -comme de minuscules gouttelettes de graisse- pour délivrer un ARN messager dans les cellules pour leur donner le signal de fabriquer la protéine qui bloquera la fameuse protéine Spike avec laquelle le coronavirus les infecte, est annoncée comme une innovation prometteuse dans le traitement des maladies cardiaques.

Présentée lors du congrès de la Société européenne de cardiologie, un étude montre comment l'ARNm peut être utilisée, au lieu de viser à produire une réponse immunitaire, comme un moyen d'ordonner aux cellules du coeur de se réparer après une crise cardiaque.

Les nanoparticules lipidiques injectées directement dans le muscle cardiaque

Afin de voir si l'ARNm pouvait être délivré dans le muscle cardiaque, les chercheurs ont injecté des nanoparticules lipidiques avec différentes formulations dans la paroi ventriculaire gauche de coeurs de souris. Une intervention qui s'est faite à thorax ouvert. Après vingt quatre heures, les animaux ont été euthanasiés et en examinant leur tissu cardiaque, les scientifiques ont constaté que l'ARN messager avait bien atteint les cellules cardiaques.

"Il était encourageant de voir qu'il y avait une traduction de l'ARNm dans ke tissu cardiaque, cela signifie que les nanoparticules lipidiques peuvent fonctionner comme des systèmes de délivrance de thérapies par ARNm", s'est réjoui le Dr Clara Labonia du Centre médical universitaire d'Utrecht, auteur de cette étude.

S'assurer de l'effet thérapeutique sur un coeur touché par une crise cardiaque

La seule "surprise" qu'ont rencontrée les scientifiques, c'est que malgré l'injection des nanoparticules lipidiques directement dans le muscle cardiaque, les niveaux les plus élevés de traduction de l'ARNm ont été trouvé dans les cellules du foie et de la rate des animaux utilisés pour cette expérience. "Cette expression élevée était toutefois attendue, notamment dans le foie, car c'est cet organe qui métabolise les gouttelettes de graisse", souligne le le Dr Labonia.

Mais cela signifie qu'il reste encore une étape importante à valider : cibler plus efficacement les cellules du muscle cardiaque et surtout s'assurer qu'avec cette l'administration par la méthode des nanoparticules lipidiques, l'ARNm a bien un effet thérapeutique sur un coeur ayant subi une crise cardiaque.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES