Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude dans 6 pays d’Asie

En Asie, 1 homme sur 4 est un violeur

Parmi plus de 10 000 hommes interrogés en Asie Pacifique, 11% reconnaissent avoir déjà violé une femme, 24% si l’on inclut le fait d’avoir forcé sa partenaire à un rapport sexuel non consenti.

En Asie, 1 homme sur 4 est un violeur    SAURABH/AP/SIPA

  • Publié 10.09.2013 à 16h08
  • |
  • |
  • |
  • |


Avez-vous déjà forcé une femme qui n’était pas votre compagne à avoir une relation sexuelle ?  Avez-vous déjà eu un rapport sexuel avec une femme trop saoule ou droguée pour donner son accord ? Dans le cadre d’une étude des Nations Unies sur le viol publiée aujourd’hui dans la revue The Lancet Public Health, ces questions ont été posées à plus de 10 000 hommes de 18 à 50 ans au Bangladesh, au Cambodge, en Chine, en Indonésie, en Papouasie-Nouvelle Guinée et au Sri Lanka. Près d’un quart d’entre eux répondent avoir violé au moins une femme : leur compagne (13%) ou une femme qui n’était pas leur partenaire (11%). Et 45% d’entre eux reconnaissent avoir récidivé.

Les auteurs soulignent de très fortes disparités entre les 6 pays étudiés : de 9% de viols rapportés dans les zones urbaines du Bangladesh à plus de 60% en Papouasie. Mais les 6 pays choisis traduisent la diversité culturelle de l’Asie Pacifique et permettent donc une certaine représentativité.


1 violeur sur 2 est adolescent

Lorsqu’ils étaient interrogés sur les raisons de ces viols, 73% des hommes interrogés évoquaient le « droit au sexe » sans se préoccuper du consentement de la femme. 59% disaient l’avoir violé pour s’amuser et 38% pour la punir. 58% étaient adolescents au moment des faits, 12% avaient même moins de 15 ans. Les hommes ayant été eux-mêmes abusés dans leur enfance, battus, violés ou prostitués étaient plus souvent auteurs de viols que ceux n’ayant pas subi ce type de passé.

Pour les auteurs, la prévention doit donc cibler particulièrement les adolescents et davantage se concentrer sur les facteurs de risque sociaux et structurels à l’origine de ces chiffres alarmants. « Une prévention efficace du viol et des violences faites aux femmes nécessite clairement de remettre en cause des pratiques ancrées dans les représentations culturelles de masculinité et de hiérarchie des genres », insiste l’une des auteurs de cette étude, le Pr Rachel Jewkes. A commencer par la mise en place de réelles poursuites judiciaires contre les agresseurs : seuls 23% des hommes interrogés ont été emprisonnés pour le viol commis.

 

En France, on estime que chaque année 80 000 femmes sont victimes de viol. 8 fois sur 10, leur violeur est un homme qu’elles connaissent et 3 fois sur 10, il s’agit de leur conjoint.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité