• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sommeil

Nos rêves nous ont permis de mieux gérer le confinement

Les premiers résultats d’une étude menée sur le sommeil des Français durant la période de confinement révèlent que nos rêves joueraient un rôle de régulateur émotionnel.

Nos rêves nous ont permis de mieux gérer le confinement gorodenkoff/iStock

  • Publié le 15.05.2020 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


De nombreuses recherches sont menées pour comprendre les effets du confinement sur notre organisme. Il résulte notamment que le confinement a perturbé le cycle menstruel de nombreuses femmes ou encore modifié nos habitudes alimentaires. Une étude, réalisée par des chercheurs de l’Inserm, s’est intéressée aux effets du confinement sur le sommeil. Les premiers résultats montrent une modification du sommeil des Français “mais pas qu'avec des dimensions négatives”, annonce Perrine Ruby, chercheuse à l'Inserm et au centre de recherche en neurosciences de Lyon, à Franceinfo.

Un meilleur souvenir des rêves

L’étude lancée par le centre de recherche en neurosciences de Lyon s’intéresse au sommeil et aux rêves des Français pendant le confinement. L’objectif est “à la fois en apprendre plus sur le rêve, pour savoir si le rêve se comporte exactement de la manière à laquelle l'on s'attendait, dans ces circonstances extrêmes. Et puis il y a l'idée que tous ces rêves vont aussi nous apprendre des choses sur ce qu'on a vécu, des choses qui n'étaient pas forcément visibles et pas accessibles à la conscience. Donc ça va dans les deux sens et ce sera vraiment précieux”, rappelle la chercheuse.

Les premiers résultats de cette étude présentent "deux effets contradictoires" du confinement sur le sommeil. “Il y a à peu près 50% des gens qui ont répondu à l'enquête qui ont dit dormir plus depuis le début du confinement”. À l’inverse, “beaucoup de participants” ont “plus de mal à s'endormir ou se réveiller plus la nuit.” Beaucoup de participants disent mieux se souvenir de leurs rêves. Environ 15% des participants ont affirmé faire des rêves “plus négatifs”, alors que 5% en “font des plus positifs”.

Ce que l'on ne peut pas faire, on le fait en rêve”

Le rêve nous permettrait inconsciemment de mieux gérer la situation de confinement. “Il semblerait qu'il y ait un phénomène cathartique et un phénomène de compensation, qui permettrait de mieux résister à ce que l'on est en train de vivre actuellement (…) ce que l'on ne peut pas faire, on le fait en rêve, analyse Perrine Ruby. (…) Ça veut dire que le cerveau traite l'information, en fait quelque chose et nous permet de la surmonter.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité