• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Le point

Déconfinement : où le port du masque est-il impératif ?

Transports en commun, école, commerces… le point sur les contextes où le port du masque est désormais impératif. 

Déconfinement : où le port du masque est-il impératif ? Jun/iStock

  • Publié le 11.05.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le port du masque est aujourd'hui reconnu comme une des meilleures protections contre la contamination par le coronavirus
  • Il est même désormais parfois obligatoire, notamment dans les transports en commun
  • Les masques sont en vente dans les pharmacies, les bureaux de tabac et la grande distribution

Nous allons devoir vivre avec le virus. Ce n'est pas réjouissant mais c'est un fait. Il faut donc apprendre à nous en protéger”. Malgré le déconfinement, le coronavirus est toujours présent parmi nous, aussi la liberté de sortir de chez soi sans attestation pour se déplacer dans un rayon de 100 kilomètres autour de son domicile ne dispense pas d’un masque, a expliqué le premier ministre Edouard Philippe à l’Assemblée nationale le 28 avril. Maintenant que l’heure du déconfinement a sonné, Pourquoi docteur fait le point. Dans quelles circonstances se protéger le visage est-il obligatoire ?

Dans les transports en commun

Le port du masque et le respect des distanciations sociales sont obligatoires dans le train, l’avion, le bus, le métro et les autres transports en commun, ainsi que les taxis. Si vous oubliez votre masque, vous pourrez écoper d’une amende de 135€. Rappelons par ailleurs qu’en Ile-de-France, il vous faudra disposer d’une attestation employeur pour justifier un déplacement en transport en commun pendant les heures de pointe (entre 6h30 et 9h30, puis entre 16 heures et 19 heures). “Les personnes qui voudront prendre un VTC, un taxi ou pénétrer dans une gare sans masque pourront se voir refuser l'accès” ou se voir infliger une amende, a ainsi expliqué le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, dans un communiqué. 

À l'école

Les éducateurs sont encouragés à porter un masque en tissu grand public pour se protéger des projections. Les agents en contact direct avec les élèves en recevront deux par jour et devront les porter dès que la distanciation sociale sera impossible, ce qui est notamment systématiquement le cas entre les petits. C’est pourquoi, le masque est “à proscrire” pour les élèves de maternelle qui n’en s’en serviraient pas correctement. Quant aux enfants du primaire, ils peuvent en porter si leurs parents leur ont montré comment les utiliser mais cela n’est pas recommandé. Les collégiens sont en revanche encouragés à y avoir recours. Dans un premier temps, l’Education nationale leur fournira les masques.  

Dans certains commerces

Pour les commerçants, il faudra faire en sorte que la sécurité sanitaire n’entrave pas l’activité du magasin ou sa rentabilité, a alerté le directeur général de l'Alliance du Commerce Yohann Petiot. “Un commerçant pourra subordonner l'accès de son magasin au port du masque”, a expliqué Edouard Philippe lors de son discours le 28 avril. Les commerçants sont par ailleurs invités à mettre des masques à disposition de leur personnel (en plus du gel hydroalcoolique) et à canaliser les flux de clients dans leur magasin afin de faire respecter la distanciation sociale. Ces règles générales devront être déclinées en fonction de la spécificité de chaque activité.

Concernant les coiffeurs, ils devront porter masques et lunettes. “Si un client se présente dans un salon sans masque, on ne doit pas le prendre”, a expliqué Franck Provost à RTL. Dans les salons, des “peignoirs à usage unique” seront également imposés ainsi qu’une distance d’un mètre entre chaque client.

Depuis quelques semaines, les pharmacies sont autorisées à vendre des masques grand public sans ordonnance. Depuis le 27 avril, les bureaux de tabac peuvent également vendre ces masques au prix indicatif de 5€. Depuis le 4 mai, des masques grand public ou chirurgicaux sont vendus dans des supermarchés comme Carrefour, Monoprix, Lidl, Intermarché ou encore E. Leclerc. Enfin, ces derniers jours, chaque ville a commencé à prendre ses dispositions pour distribuer gratuitement des masques à sa population en vue du déconfinement ce lundi 11 mai. Rendez-vous sur le site internet de votre ville pour plus de détails concernant le mode de distribution des masques. Afin d’être sûr de porter un masque dans les normes, il est déconseillé de s’en procurer un sur Internet.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité