Publicité

QUESTION D'ACTU

Déserts médicaux

Parcours de soins : les patients sans médecin traitant ne seront plus pénalisés

En 2019, 5,4 millions de Français ne disposaient pas de médecin traitant. Face à la pénurie de médecins généralistes, la Sécurité sociale va mettre en place un dispositif leur permettant de ne plus être sanctionnés.

Parcours de soins : les patients sans médecin traitant ne seront plus pénalisés megaflopp/iStock

  • Publié 14.01.2020 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


En France, depuis 2004, la réforme du parcours de soins coordonnés impose à chaque assuré social de plus de 16 ans de déclarer auprès de l’Assurance maladie un médecin traitant avant de consulter un spécialiste et pour bénéficier d’un remboursement à taux plein.

Cependant, face à la pénurie de médecins généralistes que connaissent certaines régions, de nombreux Français n’ont toujours pas déclaré de médecins traitants. Selon Nicolas Revel, directeur général de la Caisse nationale d’Assurance maladie, ils seraient 5,4 millions à ne pas avoir de médecin déclaré en 2019. “Parmi eux, une part de patients plutôt jeunes et bien portants n'ont pas cherché à en trouver un”, explique-t-il à la revue professionnelle Le Généraliste. Mais “plus de la moitié de nos concitoyens sans médecin traitant sont en recherche réelle d'un praticien attitré, faute souvent d'avoir pu en retrouver un au moment du départ à la retraite de leur généraliste.” Selon une enquête de l'association UFC-Que Choisir publiée en novembre, 44% des médecins généralistes refusent de devenir le médecin traitant de nouveaux patients.

La double peine des patients sans médecin traitant

La tendance ne risque malheureusement pas de s’inverser. En cause : l’accroissement des déserts médicaux partout dans l’Hexagone. Selon Le Parisien, les médecins généralistes sont 6 500 de moins depuis 2010 à exercer sur le territoire français et ce, malgré une augmentation du nombre de praticiens formés.

Résultat : non seulement il est aujourd’hui difficile pour des millions de Français de trouver un médecin traitant, mais leurs remboursements sont minorés : 30% de la base de remboursement de la Sécurité sociale au lieu de 70% à chaque consultation de généraliste ou de spécialiste.

Une injustice dont la Caisse nationale d’Assurance maladie a bien conscience. Joint lundi par la rédaction du Parisien, Nicolas Revel a indiqué la mise en place prochaine d’un dispositif “pour que ces patients qui ont perdu leur médecin traitant, ou nous disent en chercher un, soient identifiés et que leur consultation soit bien remboursée sans application de pénalité, soit à hauteur de 70 % de la base de remboursement et de 100 % pour les personnes en affection longue durée ou les femmes enceintes.”

Des exceptions prévues

Attention toutefois : ce dispositif ne pourra être appliqué que si les patients sont en mesure de prouver qu’ils ont bien perdu leur médecin traitant ou qu’ils en cherchent activement un. Pour les autres, le remboursement d’une consultation de généraliste en secteur 1, facturée à 25€, ne sera prise en charge qu’à hauteur de 30%, soit 7,50€ de remboursés au lieu de 17,50€.

Des exceptions sont prévues, notamment pour les consultations de spécialistes déjà accessibles hors parcours de soins : les gynécologues, les ophtalmologues, les psychiatres, les neuropsychiatres et les stomatologues. Jusqu’à leurs 16 ans, les enfants sont quant à eux aussi remboursés à hauteur de 70%.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité