Publicité

QUESTION D'ACTU

D'ici à 2025

OMS : comment éviter 3 millions de morts du sida

L'OMS recommande désormais la prise plus précoce d'un traitement antirétroviral pour les séropositifs. Ce changement de stratégie pourrait éviter la mort à 3 millions de malades du sida d'ici à 2025.

OMS : comment éviter 3 millions de morts du sida ARIANA CUBILLOS/AP/SIPA

  • Publié 01.07.2013 à 14h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Prescrire des antirétroviraux à un bien plus grand nombre de séropositifs dans le monde, c'est ce que propose l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour lutter contre ce fléau mondial qu'est le sida. Le but de ce changement de stratégie, éviter 3 millions de décès et prévenir 3,5 millions de nouvelles infections par le VIH d'ici à 2025.


Débuter le traitement plus tôt

Les nouvelles recommandations thérapeutiques de l’Oms préconisent en effet de proposer le traitement antirétroviral à un stade plus précoce. L’Organisation fonde ses nouvelles indications sur des éléments récents prouvant que traiter plus précocement les personnes porteuses du VIH avec « des médicaments sûrs, abordables et faciles à gérer », précise-t-elle, peut à la fois les maintenir en bonne santé et abaisser leur charge virale, ce qui réduit le risque de transmettre le virus à une autre personne. L’Oms préconise donc désormais de démarrer le traitement avant que les défenses immunitaires des malades ne s’effondrent, soit dès que la numération des lymphocytes CD4 atteint le seuil de 500 cellules/mm3 de sang, alors que dans les précédentes recommandations de 2010, ce seuil était de 350 cellules/mm3.  Grâce à ces nouveaux critères, 26 millions de personnes vivant avec le VIH dans les pays à revenus faibles ou moyens devraient être à présent éligibles à un traitement antirétroviral (TAR), soit 9,3 millions de plus qu'avant ces nouvelles recommandations.

Un traitement antirétroviral aussi pour les jeunes enfants séropositifs

Par ailleurs, l'Oms prévoit aussi de fournir un TAR à tous les enfants vivant avec le VIH de moins de 5 ans, à toutes les femmes enceintes ou allaitantes également porteuses du virus et enfin à tous les partenaires séropositifs lorsque l’un des partenaires n’est pas infecté. L’Organisation continue en outre de recommander que toutes les personnes vivant avec le VIH et atteintes d’une tuberculose évolutive ou d’une hépatite B au stade maladie reçoivent le traitement antirétroviral.


Et l'Oms espère beaucoup de ce changement de stratégie, 
« de tels progrès permettent aux enfants et aux femmes enceintes d’accéder au traitement plus tôt et dans des conditions plus sûres et nous rapprochent de notre objectif d’une génération sans sida », a déclaré le Directeur exécutif de l’UNICEF, Anthony Lake. « Nous devons maintenant accélérer les efforts et investir dans des innovations permettant de dépister plus rapidement les nouveau-nés et de leur donner un traitement approprié de manière à ce qu’ils puissent jouir du meilleur début dans la vie possible.» Pourtant, trente après sa découverte, le virus du sida est toujours là, fauchant au passage 30 millions d’individus, l’équivalent de la moitié de la population française. Actuellement, 34 millions de personnes vivent avec le VIH dans monde. 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité