Publicité

QUESTION D'ACTU

1 % de la population touchée

Addiction aux jeux : le gouvernement au chevet des malades

Avec 600.000 personnes à risques, l'addiction aux jeux d'argent préocuppe le gouvernement. Une vigilance particulière va être exercée sur ce phénomène.

Addiction aux jeux : le gouvernement au chevet des malades ZEPPELIN/SIPA

  • Publié 17.06.2013 à 16h20
  • |
  • |
  • |
  • |


La France compterait près de 30 millions de joueurs habituels ou occasionnels, qui vont de ceux misant plusieurs centaines d'euros par semaine sur des paris sportifs ou hippiques en ligne à d'autres achetant une ou deux fois dans l'année un ticket d'Euro Millions à 2 euros.
Mais le gouvernement souhaite, lui, se pencher sur le phénomène de l'addiction aux jeux d'argent. Valérie Fourneyron, ministre des Sports, et Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, se rendront ce mardi 18 juin à l'hôpital Marmottan à Paris pour visiter le Centre de soins et d'accompagnement des pratiques addictives qui prend en charge les patients souffrant de toutes sortes d'addiction, y compris celles au jeu. Ces deux ministres entendent « exercer une vigilance particulière »,  sur cette addiction qui reste encore mal cernée en France. Leur but, « mobiliser pour promouvoir une pratique responsable qui protège les joueurs ».

 

Sur le sujet, une seule étude existe. Elle a été menée par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (Ofdt) et l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes). Elle avait révélé en 2011 que 600.000 Français  (400.000 à risque modéré et 200.000 joueurs excessifs) étaient touchés par l’addiction aux jeux d’argent et de hasard (1,3% de la population). Mais ce chiffre pourrait être aujourd'hui supérieur, car l'enquête avait été réalisée avant l’ouverture du marché français des jeux en ligne en juin 2010.

Des propositions ont été faites pour tenter de faire la police dans ce monde sans règle, situation qui favorise les dérives. L'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) publiait ainsi le vendredi 26 avril un rapport contenant trente-trois propositions afin d'enrayer le phénomène de l'addiction au jeu.   Parmi ses recommandations, l’Arjel proposait une limitation du volume de la publicité des opérateurs de jeux au moment des retransmissions sportives en la cantonnant à un spot publicitaire par opérateur. 
Le gendarme des jeux en ligne préconisait également de tendre la main aux joueurs qui voudraient décrocher, et donc de faciliter l’inscription sur le fichier des interdits de jeux du ministère de l’Intérieur. Par ailleurs, elle recommandait aux pouvoirs publics d’interdire toute relance de la part d’un opérateur vers le joueur qui vient de clôturer son compte ou qui arrête momentanément de jouer. 
Enfin, l’Arjel souhaitait que les sociétés de jeux en ligne créent des critères d’alerte pour détecter les joueurs « à comportement atypique », comme ceux qui misent des sommes importantes.

Car ces joueurs excessifs sont souvent totalement déconnectés de la réalité comme le prouve la dernière étude du Centre de neurosciences cognitives. Pour ces chercheurs, il s'agit de patients souffrant d'un biais d'optimisme qui modifierait leurs décisions dans des situations impliquant des paris finianciers risqués. Autrement dit, ces derniers auraient tendance à surestimer leur change de gagner.

Même si la crise économique a freiné les Français dans les dépenses aux jeux d'argent en 2012, le total des sommes misées a quasiment doublé en dix ans, passant de 47,5 à 89 millions d'euros par jour. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité