Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée de l'AVC : comment avoir les bons réflexes

L'accident vasculaire cérérébral touche 150 000 personnes chaque année en France. Pour limiter les séquelles, encore faut-il reconnaître les symptômes et agir vite.

Journée de l\'AVC : comment avoir les bons réflexes SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

  • Publié 07.05.2013 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Plus de 150.000 nouvelles personnes sont touchées par un accident vasculaire cérébral (AVC) chaque année en France. C'est pourquoi à l'occasion de la Journée européenne de prévention de l'AVC, qui a lieu le 14 mai prochain, il semble important de sensibiliser le public à l'importance d'une prise en charge immédiate de la pathologie.
Un accident vasculaire cérébral survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique ou encore infarctus cérébral) ou lors de l’éclatement d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie (AVC hémorragique) dans le cerveau. Conséquence, les cellules du cerveau ne reçoivent plus l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin pour fonctionner normalement. Certaines sont endommagées, d’autres meurent.

 

Reconnaître les symptômes. Certains signes, correspondant aux zones les plus fréquemment touchées, doivent faire penser à l’AVC. Parmi eux, un engourdissement, une faiblesse ou paralysie brutale d’un bras, d’une jambe, du visage ou d’une moitié du corps. Autres symptômes fréquents, les difficultés à parler (aphasie), un trouble de la vision, ou  encore des troubles de l’équilibre, de la coordination ou de la marche. Enfin, le plus connu est sans doute le mal de tête sévère et soudain n’ayant aucune cause connue. Ces signes doivent alerter même s’ils sont brefs et s’ils régressent en quelques minutes. 


Agir vite. Chaque instant compte. Il faut donc agir le plus rapidement possible avant que les lésions ne soient irréversibles. Une minute de perdue, c’est deux millions de neurones détruits. Devant un ou plusieurs symptômes, adopter le bon réflexe: appeler immédiatement le ‘15’.La prise en charge immédiate permet de confirmer le diagnostic et de débuter très vite le traitement qui permettra de diminuer les lésions cérébrales et ainsi le risque de séquelles et de décès liés à ces accidents gravesAu-delà de quatre heures, il est beaucoup plus difficile et plus dangereux de dissoudre le caillot.


Comment le prévenir Surveillez sa tension artérielle, c’est préserver son cerveau. L’hypertension artérielle est le principal facteur de risque des AVC, 10 millions de personnes sont hypertendues en France, la moitié l'ignore, et surtout 1/3 des hypertendus traités ne sont pas correctement équilibrés. Pour cette raison, il est très important de la diagnostiquer et de suivre son traitement. Mais d’autres facteurs de risques existent. Parmi eux, le tabagisme, l’hypercholestérolémie, le diabète, l’alcoolisme chronique, ou encore les contraceptifs oraux

Les AVC touchent 1 personne toutes les 5 secondes dans le monde. L’OMS parle de pandémie et projette une augmentation de l’incidence des AVC passant de 16 millions en 2005 à 23 millions en 2030. C’est l’une des principales causes de mortalité en France. La première pour les femmes et la première cause de handicap acquis de l’adulte.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité