Publicité

QUESTION D'ACTU

Hôpital

Urgences : le CHU de Clermont-Ferrand sature

Au CHU de Clermont-Ferrand, certains patients ont été redirigés dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu’un afflux avait saturé les urgences.

Urgences : le CHU de Clermont-Ferrand sature Capture d'écran (Google Street View)

  • Publié 03.10.2017 à 10h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Les syndicats et la direction de l’hôpital de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) n’ont apparemment pas vécu la même soirée le vendredi 29 septembre. « La continuité du service public a bien été assurée », assure la seconde dans un communiqué, alors que certains responsables du service et les syndicats signalent que le CHU a été contraint de se délester sur d’autres établissements, d’après les informations de La Montagne.

« Suite à de nombreuses arrivées de malades entre 18h30 et 21h30 aux urgences adultes, se rajoutant aux nombreux malades déjà présents au sein des urgences en fin de journée, la prise en charge des patients au sein des urgences a été très fortement alourdie », reconnait néanmoins la direction.

Moins de médecins, plus de patients

Les urgences du CHU de Clermont saturent depuis plusieurs mois, voire plusieurs années. Des locaux inadaptés, trop petits, ne suffisent plus à faire face à la hausse progressive de l’affluence. Les médecins sont également moins nombreux.

Depuis le mois de septembre, la situation s’est aggravée après le départ du médecin chef des urgences de Riom, une petite ville de l’aire urbaine de Clermont-Ferrand. Ses habitants et ceux des alentours se rabattent sur le CHU, faisant ainsi gonfler l’affluence pour des urgences qui n’avaient clairement pas besoin d’un regain d’activité.

Un projet d’extension qui traîne

Pour faire face au problème, la direction du CHU tente de réagir. « Actuellement, les urgences sont engorgées, reconnaissait il y a quelques semaines Didier Hoeltgen, directeur de l’hôpital. C’est pourquoi nous avons ouvert un service de médecine supplémentaire le 2 novembre 2016, qui s’appelle Unité médico-chirurgicale post-urgence, de 28 lits supplémentaires, pour répondre aux besoins des urgentistes. »

Une mesure qui ne semble pas suffire. Les urgentistes attendent avec impatience la réalisation d’un projet d’extension qui a pris du retard. Il leur faudra prendre leur mal en patience, au moins trois ans. La livraison n’est pas prévue avant la fin de l’année 2020.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité