Publicité

QUESTION D'ACTU

Coronavirus

Le Sras tue une majorité de victimes

Sur les 15 personnes touchées par le coronavirus (NCoV), 9 sont décédées. L'Organisation mondiale de la Santé (OMC) demande aux états membres de renforcer la surveillance.

Le Sras tue une majorité de victimes KEVIN FRAYER/AP/SIPA

  • Publié 15.03.2013 à 11h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Une nouvelle victime du Sras. Le Ministère de la Santé d’Arabie saoudite vient d'informer l’OMS d’un nouveau cas d’infection par le nouveau coronavirus (NCoV). Le patient, un homme de 39 ans, hospitalisé le 28 février 2013, est décédé le 2 mars 2013. Les premières investigations indiquent que le patient n’avait pas été en contact avec des personnes déjà infectées.  Les autorités du pays enquêtent sur d’autres sources d’exposition potentielles.

Depuis septembre 2012, le  coranvirus NCoV, une souche proche du Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras) a fait 15 victimes dans le monde dont neuf sont décédées. Sur ce chiffre, huit cas, dont six mortels, ont été notifiés par l’Arabie saoudite. Le Royaume wahhabite est jusqu'à présent le pays le plus touché par le virus.
Les derniers cas, rapportés par les autorités sanitaires britanniques, n’avaient pas voyagé dans les pays à risque. Ils avaient été en contact avec un même cas confirmé, qui avait voyagé au Pakistan et en Arabie Saoudite. 

Sur la base de la situation actuelle et des informations disponibles, l’OMS invite tous les États Membres à poursuivre la surveillance des infections respiratoires aiguës (IRA) sévères et à examiner soigneusement tout tableau inhabituel. L'Organisation rappelle également à tous les États Membres qu’ils doivent rapidement évaluer et notifier à l’OMS tout nouveau cas d’infection par le NCoV, en lui transmettant en même temps des informations sur les expositions susceptibles d’avoir été à l’origine de l’infection, ainsi qu’une description de l’évolution clinique. Toutefois, malgré ce nouveau décès, l’OMS ne recommande pas de dépistage spécial aux points d’entrée, ni de restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux.

 

En France, dès l’annonce de la découverte de ce nouveau virus, une information aux cliniciens susceptibles de prendre en charge des cas d’infection respiratoire grave chez des personnes revenant d’une zone à risque a été réalisée, afin de les sensibiliser au signalement et permettre la détection d’éventuels cas hospitalisés. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité